TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

dimanche 23 octobre 2016

FLAGRANT DELIT DE PROPAGANDE OUATTARISTE A RFI


Comme d'habitude, les médiamenteurs à la solde du pouvoir de OUATTARA et de ses commanditaires occidentaux cherchent à inverser la donne dans la campagne du référendum sur la nouvelle Constitution taillée sur mesure pour veiller à la pérennité du pouvoir de OUATTARA et des siens au mépris de la volonté du peuple. Nous en voulons pour preuve l'article commis par RFI qui présente le rassemblement pour le OUI des partisans de OUATTARA au stade Félicia comme un succès tout en occultant la réussite totale du giga meeting du Front du Refus place CPI de YOPOUGON. Voir cet article sur le lien suivant : http://www.rfi.fr/afrique/20161022-cote-ivoire-referendum-nouvelle-constitution-ouattara-yopougon. Démentons massivement cette éternelle inversion de la victime et du bourreau qui participe du maintien en détention, du rejet des demandes d'asile des nôtres mais aussi du soutien persistant à OUATTARA et de l'impunité des exactions commises par les siens en faisant croire que tout va bien en Côte d'Ivoire. Nous en voulons pour preuve les rapports de l'OHCR (Haut Commissariat aux Droits de l'Homme des Nations Unis), ceux des ONG inféodées au réseau SOROS, de la Cour Nationale du Droit d'Asile qui  occultent totalement les atteintes aux Droits de l'Homme depuis 2002 et surtout depuis le 11 avril 2011 et continuent de présenter les Patriotes aux mains nues comme des miliciens sanguinaires auxquels on impute des crimes contre l'Humanité les rendant inéligibles au statut de réfugié sans jamais apporter un seul élément de preuve sur leurs victimes présumées. "A nous de leur faire cracher les dents de la panthère dont ils ont mangé la tête" comme nous y invite avec constance Charles Blé GOUDE et tous ceux qui s’inscrivent dans les pas du chemin tracé par Laurent GBAGBO. « ILS ONT ADO POUR NOUS TUER, ON A GBAGBO POUR NOUS SAUVER…» 

LIEN VERS UN PREMIER COMMENTAIRE LAISSE SOUS L'ARTICLE DE RFI :
"On veut bien que RFI (radio publique financée en partie par nos impôts) soit partisane –mangercratie oblige- mais à ce point-là quand même ! En même temps vous ne nous avez pas habitués au respect de la déontologie journalistique dans votre couverture antérieure de l’actualité africaine et particulièrement de la guerre néocoloniale livrée à la Côte d’Ivoire par vos riches amis ADO-SOROSSIENS. 
Alors pourquoi devrions- nous espérer que vous soyez soudainement frappés par le virus de la vérité factuelle que vous prétendez servir alors que vos intérêts mercantiles y sont diamétralement opposés ?  Je vous suggère néanmoins de faire preuve d’un semblant d’objectivité et d’équité si vous voulez préserver le peu de crédibilité qu’il vous reste en vous donnant au moins la peine -dans le sujet qui nous intéresse ici soit la réforme de la Constitution ivoirienne- de mettre une photo de l’autre giga-meeting du samedi 22 octobre 2016 qui se tenait à la place CPI de YOPOUGON. En effet, que vous taisiez le fiasco total de la manifestation pour le OUI du samedi 15 octobre 2016 boudée par les partisans de OUATTARA en faisant croire que c’est ce samedi 22 qui sonnait l’ouverture de la campagne référendaire, que vous ne disiez pas que les sympathisants du OUI présents au stade Félicia ont été amenés par  des dizaines pour ne pas dire centaines de bus mis à leur disposition par le pouvoir en place, qu’ils ont été  « cadeautés » notamment avec distribution de pain et sardines mais que ça n’a pas été suffisant pour faire venir les 50000 personnes annoncées par le pouvoir en place, ça on peut le comprendre. 
Mais que vous estimiez à seulement 2000 personnes le nombre de partisans du NON rassemblés à  la place CPI de YOPOUGON, là où nous avons des photos qui témoignent du succès de la manifestation, c’est déplorable. Si vous ne le faites pas pour l’objectivité que vous prétendez servir, faites-le au moins pour vous, pour ne pas vous rendre encore plus méprisable. C’est encore vous qui vous plaindrez de la froideur de l’accueil des Ivoiriens quand vous viendrez couvrir les événements de l’opposition en agitant votre carte de presse. 
Que ne parlez-vous du courage des militants de l’opposition ont surmonté leur angoisse pour être présents alors qu’ils subissent enlèvements, arrestations, détentions arbitraires dans des lieux souvent tenus secrets depuis le 11 avril 2011 ? 
Que n’évoquez-vous-même pas le nom d d’Abou Drahamane SANGARE Président intérimaire du FPI dont vous niez l’existence même en faisant comme si Mamadou KOULIBALY était le seul leader important du Front Du Refus ? Pas plus tard que le jeudi 20 octobre, une manifestation pacifique se voyait sauvagement réprimée avec tabassage et dispersion au gaz lacrymogène en sus de l’arrestation des organisateurs soumis à une nouvelle forme de dissuasion : la détention mobile. La place CPI de YOPOUGON laborieusement autorisée au dernier moment pour accueillir la manifestation de l’opposition en remplacement de la place de la République interdite d’accès  était noire de monde comme en attestent les photos et vidéos que nous avons mises à votre disposition. En même temps en bon journalistes que vous êtes, vous étiez normalement présents pour pouvoir rédiger vos articles et avez pu constater de visu la forte mobilisation des partisans du NON à ce projet de nouvelle Constitution taillée sur mesure pour que OUATTARA et son clan s’assurent de la pérennité du pouvoir au détriment du peuple. Si besoin, je vous redonne le lien vers quelques articles consacrés à ce giga-meeting de l’opposition du samedi 22 octobre place CPI de YOPOUGON, rebaptisée pour la circonstance place GBAGBO de YOPOUGON tandis que le stade Félicia des partisans du OUI se voyait copieusement boudée :

LIEN VERS UN ALBUM CONSACRE A CE GIGA-MEETING DES PARTISANS DU NON AU REFRENDUM A L'APPEL DU FRONT DU REFUS :
Avancer le chiffre de 2000 personnes quand on connait de surcroît le contexte d’urgence et d’incertitude quant au risque d’agression et d’arrestation des manifestants aux mains nues est non seulement mensonger mais criminel,  car c’est votre complicité tant active que passive qui a permis et continue d’autoriser les enlèvements, tortures, détentions arbitraires et souvent au secret de centaines de partisans de l’ancien partisan du Président Laurent GBAGBO. Que votre conscience s’en arrange. Sous réserve d’en avoir une bien entendu !



Pour revenir plus largement à la popularité de Laurent GBAGBO aux antipodes du rejet suscité par Alassane OUATTARA qui n'arrive même plus à mobiliser même quand il promet le permis aux jeunes, qu'il offre le transport (des dizaines voire des centaines de bus pour transporter gracieusement les sympathisants du OUI) et la nourriture (pain et sardines distribués gracieusement à tous les participants à son meeting du stade Félix Houphouet Boigny), voir la vidéo ci-dessous qui revient sur la capacité de Laurent GBAGBO à remplir un stade en 2010 dans le cadre de la campagne électorale après presque 10 ans de présidence là où OUATTARA fait un fiasco total dans le cadre de sa campagne pour le OUI au référendum sur la nouvelle Constitution qu'il veut taillée à sa mesure.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire