Leur prix Houphouët-Boigny pour la Paix n’est pas le nôtre !

Photo prise le 27 juin 2017 lors de la remise du prix Félix Houphouët Boigny (PARIS)
OUATTARA et BEDIE les alliés d’hier[1] redevenus ennemis d’aujourd’hui pour la conquête du pouvoir en 2020 sont tous deux donnés présents en FRANCE en ce premier WE de juillet 2019 malgré le report de la cérémonie de remise du prix FHB pour la paix qui devait initialement se tenir ce mardi 9 juillet 2019 à 16h30 au siège de l’UNESCO à PARIS[2].
Officiellement le report de cette cérémonie serait dû à la décision du récipiendaire Abiy Ahmed Ali suite à l’assassinat de son chef d’état-major et du président de la région lors d’une tentative de coup d’Etat dans la nuit du 22 au 23 juin dernier.
Nous nous réjouissons que BEDIE désavoue aujourd’hui le régime de OUATTARA qu’il qualifie d’autocratique. Mais cela ne doit pas nous faire oublier qu’il a initié, encouragé, soutenu ce régime depuis le début de la crise postélectorale et qu’il a fait alliance avec le RDR de OUATTARA via le RHDP depuis 2005.
BEDIE et OUATTARA créent le RHDP le 18 mai 2005 à PARIS
BEDIE ET OUATTARA RHDP AVEC ANAKY KOBENAN 2010
ELECTIONS  : BEDIE APPELLE A VOTER OUATTARA 07-11-2010
PRESIDENTIELLES 2015 : BEDIE APPELLE A VOTER OUATTARA

BEDIE et OUATTARA 10 AVRIL 2018
25 MAI 2018 : OUATTARA ET BEDIE CONDAMNES A S'ENTENDRE
Faire front commun avec BEDIE et ses partisans pour empêcher la réélection de OUATTARA en 2020 ne signifie pas pour autant faire acte d’amnésie à l’endroit de tous les crimes commis par le régime OUATTARA dont BEDIE fut le plus fidèle complice pendant 8 ans[3]. Au contraire, BEDIE a un devoir de rétablissement de l'Etat de droit qu'il a contribué à anéantir plus grand que quiconque, lui qui était assis aux premières loges du pouvoir ivoirien pour partager les dividendes du putsch de 2011.
Après 8 ans d’incarcération arbitraire et bien qu’acquitté de tous les crimes contre l’Humanité dont il était accusé à tort[4], le Président Laurent GBAGBO attend toujours que la CPI honore son engagement de rendre la justice internationale en lui permettant de rentrer en CÔTE D’IVOIRE afin de restaurer l’Etat de droit dans ce paradis perdu de la France-à-fric.

Bref, pendant que les gendarmes de PARIS continuent de chercher les moyens de diriger la Côte d’Ivoire par valets/pantins/servants locaux interposés, la France-à-fric se creuse les méninges pour préserver ses symboles les plus représentatifs.

Il paraît que le « tout sauf OUATTARA » devrait nous emmener à ne plus critiquer ouvertement BEDIE qui serait à nouveau paré de toutes les vertus depuis qu’il a décidé en bon opportuniste qu’il est de quitter le RHDP et de se rapprocher de l’opposition notamment en son représentant le plus célèbre, le Président Laurent GBAGBO. On nous annonce même une rencontre au sommet entre les deux ex-Présidents…Euh non devrions nous dire en catimini à BRUXELLES où Laurent GBAGBO est toujours arbitrairement si ce n’est détenu tout du moins retenu contre son désir de regagner sa terre natale après son acquittement de janvier 2019.


Les dirigeants, MACRON en tête, de ce pré-carré des intérêts françafricains –c’est-à-dire de la prébende généralisées des richesses multiformes dont regorge le pays au profit d’une poignée de multinationales bien connues- sont bien embêtés. Comment continuer à vendre le story telling mensonger de l’intervention « bienveillante » de la France puissance tutélaire toujours prête à saisir la moindre occasion de venir donner une fessée dissuasive pour que ses enfants rentrent dans le rang de la soumission aux intérêts néocoloniaux ? Bref, comment continuer de soutenir OUATTARA alors qu’il a réussi à se fâcher avec tous ceux qui l’avaient soutenu pour accéder et se maintenir arbitrairement au pouvoir depuis au moins 2002 ?
Parmi ces derniers, il en est un qu’il convient de ne pas négliger : l’Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture  (UNESCO)[5], cette institution spécialisée de l’ONU (Organisation des Nantis Unis), véritable machine à fabriquer de la pensée unique dévoyée de ses nobles idéaux universels. Au sein de cette grande maison criminelle par procuration qu’est l’UNESCO, on invente des officines, des sous officines, des bureaux nationaux, internationaux ; on célèbre des fondations ; on récompense, on rend hommage à des vraies héros mais aussi à des criminels de tous poils tout cela sous forme de cooptation, de récompenses entre amis via une organisation criminelle par procuration que nous finançons tous par nos impôts…
Le mal nommé « Prix Houphouët Boigny pour la Paix » en est une illustration flagrante. Créé en 1989 « afin d’honorer les personnes vivantes, institutions ou organismes publics ou privés en activité ayant contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix, dans le respect de la Charte des Nations Unies », il est d’emblée vidé de sa substance de par son nom, celui de Félix Houphouët Boigny qui a gouverné le pays non pas en bon père de la Nation mais bien en valeureux valet local de l’Occident au détriment de son peuple.  Le « prix Houphouêt Boigny pour la Paix » n’est pas seulement mort-né par définition dès lors qu’il est voué à perpétuer le système de domination néocolonial pour lequel il a été créé, mais il est de surcroît sali par ceux-là même qui le remettent. Que dire en effet d’un BEDIE allié de OUATTARA pour la conquête du pouvoir depuis la création du RHDP en 2005 à PARIS qui remet cette « distinction » au femmes argentines en 2011 les mains tâchées du sang des dizaines de milliers de victimes de la tragédie ivoirienne de 2011?
Raison de plus pour dénoncer ces faux prix de la paix qui déshonorent non seulement ceux qui les remettent (en même temps ce sont déjà des criminels patentés) que ceux qui acceptent de les recevoir.
Cela fait des années que nous dénonçons ces faux prix de l’impérialisme occidental :
Rassemblement pour dire non au prix tâché de sang des Occidentaux le 14 septembre 2011






Le 14 septembre 2011[6] soit quelques mois seulement après le renversement de Laurent GBAGBO à travers le plus long coup d’Etat de toute l’histoire néocoloniale française, nous étions nombreux à manifester contre la remise de ce prix par les criminels OUATTARA et BEDIE.La répression allait être sévère :





Mobilisation contre la remise du pseudo prix Houphouët Boigny de la paix à François HOLLANDE le 05 juin 2013 

Le 05 juin 2013[7], nous étions de nouveau devant l’UNESCO pour protester contre ce prix de la honte remis à François HOLLANDE en présence de nombreux valets de l’Occident :


MERCREDI 5 JUIN 2013, LES IVOIRIENS ET LES PANAFRICAINS SONT VENUS DENONCER LA CONSECRATION DE LA FRANCAFRIQUE A TRAVERS LE PRIX HOUPHOUET BOIGNY POUR LA PAIX. EN EFFET, TOUS LES VALETS ET PREFETS DE LA FRANCE SE SONT DONNES RDV A L'UNESCO A PARIS POUR LA REMISE DE CE PRIX A FRANCOIS HOLLANDE.ENTOURE DE TOUT CE QU'IL Y A DE DICTATEURS, PREDATEURS ET PREFETS DE LA FRANCE, TEL QUE COMPAORE, DRAMANE LE GENOCIDAIRE, HOLLANDE A RECU LE CE PRIX DE LA HONTE. 50 PATRIOTES TRES DETERMINES ONT MOBILISE PLUS 500 GENDARMES MOBILES POUR PROTEGER DRAMANE DE SES RESORTISSANTS.





Remise du Prix Houphouët Boigny pour la Paix en catimini le 27 juin 2017 à PARIS au siège de l’UNESCO

Le 26 juin 2017[8], le mal nommé prix Houphouët Boigny pour la Paix était remis à SOS Méditerranée et la Maire de Lampedusa Giuseppina NICOLINI. A cette occasion, OUATTARA se fendra d’un long discours en présence de son encore ami et allié BEDIE.

Nous aurions bien manifesté ce 27 juin 2017 pour dénoncer la dictature, les crimes et autres exactions commises par le régime OUATTARA, mais la cérémonie s’est faite en catimini en présence de HOLLANDE, DRIAN, DIOUF. Nous ne cesserons pourtant jamais de dénoncer l’imposture de ce régime OUATTARA imposé par la force et dans le sang depuis le 11 avril 2011.

En effet comment accepter que l’UNESCO remette un prix – et pas n’importe lequel à son niveau puisqu’ils disent eux-mêmes que c’est la plus haute distinction de l’UNESCO- à SOS Méditerranée et à la Maire de LAMPEDUSA pour leur action en faveur des migrants chassés par les crimes de ceux-là mêmes qui remettent ce prix ?[9]

A noter que SOS Méditerranée est cette ONG propriétaire de deux bateaux l’Aquarius et Open Arms qui sont aujourd’hui  interdits de mer pour recueillir des migrants africains en LIBYE.



La France-à-fric est décidément un système bien rodé. A ceux qui nous disent sans cesse que demain sera mieux, qu’il fera jour et que justice sera rendue sans que l’on ait besoin de se battre, je crains qu’il ne faille apporter un démenti catégorique. En effet, comment imaginer que la France officielle puisse un jour admettre que OUATTARA soit un criminel ; imaginez ce que cela impliquerait… Or jusqu’à aujourd’hui, c’est OUATTARA que l’on voit s’afficher avec tout ce que la France des nantis compte d’institutions, d’ONG philanthropiques et droitsdelhommistes :





[3] Liste non exhaustive des crimes commis sous OUATTARA son allié BEDIE depuis 2005 : https://contrepoids-infos.blogspot.com/2018/05/memorandum-en-images-sur-la-tragedie.html
[5] L'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture est supposée chercher à instaurer la paix par la coopération internationale en matière d'éducation, de science et de culture. Les programmes de l'UNESCO contribuent à la réalisation des objectifs de développement durable définis dans l'Agenda 2030 adopté par l'Assemblée générale des Nations Unies en 2015.
[8] http://www.fondation-fhb.org/tag/prix-fhb ; https://news.abidjan.net/h/617483.html ; http://news.abidjan.net/p/447110.html. Photos et liens de OUATTARA et de son allié BEDIE qui remettent  le mal nommé prix Houphouët Boigny de la paix à l’ancienne Maire de LAMPEDUSA Giuseppina NICOLINI le 27 juin 2017 : http://www.afrikipresse.fr/politique/prix-unesco-fhb-pour-la-paix-une-ong-qui-a-sauve-de-la-mort-15-mille-migrants-illegaux ;

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

QUI A TUE LAURENT DEFOSSEZ A ABIDJAN ET POURQUOI ?

LE PETIT JUGE EPIPHANE ZORO BI : LA CREATURE DE OUATTARA ET DE SES MAITRES OCCIDENTAUX

« LES VALISES DE SANG DE OUATTARA »