QUI A TUE LAURENT DEFOSSEZ A ABIDJAN ET POURQUOI ?




Laurent DEFOSSEZ, un  ancien policier du Raid a été retrouvé mort poignardé dans sa chambre d'hôtel à ABIDJAN le 07 mars 2018 (https://www.ivoiresoir.net/qui-etait-laurent-defossez-ancien-policier-francais-raid-tue-abidjan). Il dirigeait OMIOS International, une société spécialisée dans la fabrication de drones. 

Sur quel dossier et secret avait-il mis le doigt pour finir ainsi sauvagement assassiné dans un hôtel abidjanais sans que les médias du monde entier et notamment de la Françafrique ne s'offusquent de sa tragique disparition comme ils avaient  pourtant l'habitude de le faire lorsque Laurent GBAGBO était au pouvoir et qu'ils n'avaient de cesse de le dénigrer, de le diaboliser en lui imputant tous les assassinats ou disparitions d'expatriés ou de militaires français ?  Il en est ainsi des victimes du bombardement de Bouaké sacrifiés par CHIRAC pour justifier l'intervention militaire française et empêcher la réunification du territoire ivoirien en passe de réussir.

La France politico-militaire est encore tapie dans l'ombre de l'assassinat de Jean HELENE en 2003, la disparition de KIEFFER depuis 2004, l'enlèvement et l'assassinat d'Yves LAMBELIN directeur général de SIFCA le plus grand groupe agro-industriel ivoirien, de son assistant béninois Raoul ADEOSSI et du Malaisien Chelliah PANDIAN, directeur général d'une filiale de SIFCA et enfin de Stéphane DI RIPPEL le Directeur du NOVOTEL d'ABIDJAN... Bien que dans cette dernière affaire OUATTARA ait fait juger et condamner récemment des militaires fidèles à Laurent GBAGBO dont le Général Dogbo BLE, personne n'est dupe de la manoeuvre et notamment des bénéficiaires réels de cet assassinat à commencer par Jean-Louis BILLION (le gendre de l'actuel ambassadeur ivoirien à PARIS Charles GOMIS) qui s'est vu propulsé au rang de PDG de SIFCA en pleine crise postélectorale ivoirienne de 2011 alors qu'il en avait été limogé quelques mois plus tôt pour son appel à travailler avec OUATTARA au lieu de continuer à respecter les décisions du Gouvernement de Laurent GBAGBO. 

Donc quand un Français, dirigeant d'une société qui fabrique des drones -un domaine hypersensible pour ne pas dire classé secret défense- est sauvagement poignardé en plein ABIDJAN et que les médias mainstream passent l'information sous silence ou quasiment, on est en droit de s'interroger sur les dessous politico-militaires de ce meurtre d'autant que Laurent DEFOSSEZ venait d'être cité dans la très renseignée LC de janvier 2018 comme impliqué dans la guerre sans merci des multinationales concurrentes de la fabrication de drones (voir article ci-dessous scanné que vous pouvez retrouver en intégralité sur le lien suivant : https://www.africaintelligence.fr/lc-/diplomatie/2018/01/24/le-drone-made-in-france-a-la-conquete-du-sahel,108290882-art).


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SOUTIEN A MARCUS VICTIME DE VIOLENCES POLICIERES ET POURTANT CONDAMNE COMME L'AGRESSEUR !

FRANCIVOIRE : VICTIMES PERSECUTEES/BOURREAUX RECOMPENSEES (suite procès Koua/Dahi/Djédjé)

LE CALVAIRE DE JEAN ASSIE KOUATCHI PRISONNIER POLITIQUE IVOIRIEN