TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

mardi 16 août 2011

Roland Désiré ABA'A se meurt pour dénoncer la France-à-fric !


Roland Désiré ABA'A a décidé de sacrifier sa vie pour dénoncer la Françafrique. Depuis plus de 30 jours, il mène une grève de la faim dans l'indifférence généralisée... En cela il est un digne fils de Laurent GBAGBO le souverainiste qui dans le prolongement des Lumumba et Sankara,... nous enseigne que la libération de la CI passe par le panafricanisme.

14 août 2011

GRAND SOUTIEN AU FRÈRE DÉSIRÉ ABA'A ET À BAS LA PARASITE ET RACISTE FRANCE!

Gabon : Roland desiré ABAA est à l' agonie

Le Conseiller ABA’A va très mal. Il a perdu l’usage de ses membres et de la parole...
Déplacé d’Owendo pour des raisons de santé inquiétante par son frère cadet, Monsieur ABA’A a demandé d’arrêter de lui administrer les remontants. Il préfère mourir aux cotés des siens au domicile familial, sis à montagne sainte Libreville. Vu l’indifférence totale qu’affichent les autorités Françaises, contre qui sa dénonciation est adressée, nous  prenons une fois de plus à témoin la communauté nationale et internationale sur l’issue fatale vers laquelle cette situation risque de nous mener   

Gabon : Roland desiré ABAA est à l' agonie
Source: Liberté

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire