Michel GBAGBO à DIVO le 11 avril 2015

Michel Gbagbo à DIVO à l'occasion du meeting de commémoration du 11 avril 2015, quatre ans après le renversement de l'Etat de droit en Côte d'Ivoire : 
" Laurent Gbagbo me dit de vous dire que tant que la base tient, il tiendra et reste déterminé à reprendre la tête du parti... On peut empêcher les penseurs d'utiliser le logo du parti mais on ne peut pas empêcher la pensée... le FPI vivra." 


‪#‎FPI‬ ‪#‎Meeting‬ LES ECHOS DE ‪#‎DIVO‬
Ce 11 avril 2015, Michel ‪#‎GBAGBO, invité spécial de la fédération FPI de la ville, était en meeting à la place Lebre de Divo. Un meeting pourtant annulé par le préfet sous instruction du Ministre de l'intérieur Hamed Bakayoko donnant suite aux lamentations des fédéraux virtuels et inutiles d'Affi N'Guessan qui s'y opposaient.
Michel Gbagbo arrivé dans la ville a d'abord tenu à faire les civilités au préfet avant de poursuivre son périple. C'est alors qu'il apprendra du préfet les ordres de la hiérarchie mais séance tenante, le Préfet lui-même reçoit les échos du lieu du meeting et se rend compte que les Divolais n'ont pas voulu se laisser intimider. Le préfet décide alors de se rendre sur les lieux avec la délégation du "Fils de l'homme" et s'aperçoit que les soldats qui l'ont accompagné dans cette expédition punitive sont sérieusement en minorité face à ce monde fou assoiffé des bonnes nouvelles du président Gbagbo qu'ils espéraient recevoir de leur illustre hôte. Pari gagné car le meeting s'est tenu et l'invité spécial a dit ceci :" Laurent Gbagbo me dit de vous dire que tant que la base tient, il tiendra et reste déterminé à reprendre la tête du parti... On peut empêcher les penseurs d'utiliser le logo du parti mais on ne peut pas empêcher la pensée... le FPI vivra."

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

FRANCIVOIRE : VICTIMES PERSECUTEES/BOURREAUX RECOMPENSEES (suite procès Koua/Dahi/Djédjé)

LE CALVAIRE DE JEAN ASSIE KOUATCHI PRISONNIER POLITIQUE IVOIRIEN

SOUTIEN A MARCUS VICTIME DE VIOLENCES POLICIERES ET POURTANT CONDAMNE COMME L'AGRESSEUR !