GAGNOA CAPITALE DE LA LIBERTE 2018 (1)


Les temps forts de l'interview de Nestor DAHI haut responsable de la Jeunesse du Front Populaire Ivoirien

Dans le cadre de la 19ème édition de la grande fête régulièrement commémorée par le FPI pour saluer l'avénement du multipartisme en Côte d'Ivoire[1], Pôle Afrique en direct  de GAGNOA a interviewé  Dahi Nestor Jfpi membre du secrétariat exécutif du FPI, chargé de la mobilisation, de la liberté du FPI. Quand ce jeune leader du parti fraîchement sorti de prison marque 2 buts dans un match amical et festif du FPI, il les dédie d'abord à... Simone et Laurent GBAGBO.  Bravo à lui et à toutes les valeurs qu'il incarne dans le sillage de Laurent GBAGBO Président du FPI depuis 2015 dont Aboudramane SANGARE assure l'Intérim.



QUAND GAGNOA DEVIENT LA CAPITALE DE LA LIBERTE POUR DEUX JOURS 

Merci à Pôle Afrique pour le crédit vidéo en direct de GAGNOA dans le cadre de son émission « Sans langue de bois»
 
L’Etat d’esprit :
« La fête de la liberté est un moment important pour l’Histoire du Front Populaire Ivoirien. C’est un moment qui nous rappelle les durs moments du Parti unique et la lutte qu’a mené le Président Laurent Gbagbo et ses compatriotes pour obtenir le multipartisme. »
 L’objectif de cette 19ème édition de la fête de la Liberté à deux ans d’une élection présidentielle annoncée ?
« L’objectif principal de ce rassemblement, c’est de faire la revue des troupes, de voir 7 ans après l’incarcération du Président Laurent GBAGBO, qu’est-ce que son parti représente en Côte d’Ivoire. Je crois que le constat est net. C’est un parti qui est remobilisé, réengagé pour les batailles futures pour la reconquête du pouvoir d’Etat en 2020.»
…Reconquête du pouvoir en 2020 avec des camarades encore emprisonnés. Vous-mêmes avez connu les geôles. Vous êtes récemment sorti de prison. Justement que faites-vous pour l’élargissement de ces camarades encore emprisonnés ?
« Je crois que la fête de la Liberté est un moment de réengagement total. Sur la route de 2020 pour la reconquête du pouvoir, il y a un certains défis à relever. Et parmi ces défis figure la libération du Président Laurent GBAGBO et de tous les détenus politique, le retour de tous les exilés, la création de conditions d’élections justes et transparentes en Côte d’Ivoire qui commence par le départ de Youssouf BAKAYOKO de la tête de la Commission Electorale Indépendante. Je crois que ce sont les grands axes que nous allons prendre en cette année 2018, que nous allons poursuivre en 2020. Si nous voulons aller aux élections en 2020, il nous faut gagner la bataille de la Commission Electorale Indépendante en 2018. Il nous faut gagner la libération du Président Laurent GBAGBO. C’est notre champion et c’est avec lui que nous allons gagner les batailles de 2020.
Donc c’est lui que vous présenterez encore aux élections de 2020 ?
« Laurent GBAGBO est l’icône. C’est notre leader. Jusqu’à preuve du contraire, c’est lui qui rassemble beaucoup au Front Populaire Ivoirien et partout en Côte d’Ivoire [NDLR : et partout dans le monde !]. Nous espérons bien qu’il est le seul à pouvoir faire la réconciliation en Côte d’Ivoire et qu’il est le chaînon manquant de la réconciliation en Côte d’Ivoire. »
Vous parlez de réconciliation nationale. En même temps il y a Guillaume SORO qui appelle à la réconciliation[2], au pardon. Vous êtes jeune, comment appréciez-vous ce discours ?
 « Je crois que Guillaume SORO n’a pas à appeler à la réconciliation. […] Il est le Pdt de l’AN [NDLR : de fait] Il est le représentant du peuple. J’espère bien que s’il veut une réconciliation nationale en Côte d’Ivoire, il peut donc faire des propositions de loi dans ce sens au Gouvernement allant dans le sens de la libération de tous les prisonniers politiques. […] A tous ces propos qu’il tient de manière propagandiste, je crois que s’il est sincère, il y a des actes à poser. Il y a des lois à suggérer à l’AN allant dans le sens d’élargir les camarades et allant dans le sens de la réconciliation nationale.»
[…] Sur la santé de Simone GBAGBO à qui cette fête est dédiée et que je crois que vous avez vue avant cette grande messe ?
« Oui, Madame Simone GBAGBO va très bien. Je crois qu’elle a un moral de fer ; elle est dans une posture de combat. Elle a toujours dit que c’est le grand rassemblement, c’est la remotivation des militants qui est son souci majeur. Chaque fois que nous sommes réunis et que nous tenons bon, ELLE tient bon !
[…] Déplacement prévu pour rencontrer Charles Blé GOUDE ?
[…] Oui ce n’est pas exclu. Nous sortons fraichement de prison. Nous sommes en train de faire l’état des lieux, de remobiliser nos troupes. Mon ami et frère Koua Justin a été déjà là-bas de manière expresse. Nous préparons activement notre visite au Président Laurent GBAGBO et donc au Ministre Charles Blé Goudé. Ca ne saurait tarder. Mais le plus important, ce qu’ils nous demandent, c’est de faire le travail de terrain, le travail de la remobilisation des troupes, le travail donc de la remotivation de nos militants pour obtenir leur libération […]
[…] Que vous inspire la poignée de main historique entre les deux Pdt Coréens ?
« Cela nous inspire le levage de clivages  à travers les blocs qui s’affrontent dans le monde […] Je crois qu’il y a de l’espoir pour les Etats africains et les chefs d’Etat africains qui doivent comprendre que c’est dans l’intérêt et dans l’union de leurs Etats que le développement peut véritablement venir. »
[…] Est-ce que cet espoir se nourrit aussi au sein du FPI un parti aujourd’hui scindé en deux ? […] Vous avez des camarades qui annoncent une autre fête de la Liberté pour le 12 mai. Est-ce que d’ici peu on pourra voir la poignée de main historique entre Aboudramane SANGARE et Affi N’GUESSAN ?
« Je voudrais dire tout de suite que le FPI n’est pas divisé. Nous sommes un parti UN. Le parti a été confié depuis 2015 au Président Laurent GBAGBO et Aboudramane SANGARE en assure l’Intérim[3]. Nous sommes un parti plus que jamais FORT. Vous savez que c’est un processus qui a été difficile pour nous. Les impérialistes représentés en Côte d’Ivoire par Alassane OUATTARA voulaient s’approprier notre parti pour qu’il soit dominé, pour qu’il soit un parti à genoux, pour qu’il puisse faire la courbette devant notre pouvoir et partant devant les colons. C’est ce que nous avons refusé. Nous avons donc arraché notre Parti au Congrès de 2015 des griffes des prédateurs, des griffes des impérialistes. Cela nous a valu ce que cela nous a valu. Nous sommes allés en prison pour cela Dano DJEDJE, Dahi Nestor, Koua Justin, Hubert OULAYE et aujourd’hui Assoa ADOU y est encore[4]. Je crois que c’est une lutte de démarcation que nous avons menée. AFFI et nous, nous ne sommes plus du même parti politique. Nous ne sommes plus sur la même longueur d’ondes. Nous ne partageons donc plus la même idéologie. Nous sommes pour une opposition de FRONT, pour une opposition responsable. Aujourd’hui nous avons pris du temps pour expliquer la ligne de notre parti incarnée par Laurent GBAGBO. Nous troupes sont plus que jamais convaincues ; elles sont déterminées. Il n’y a plus de doute dans l’esprit de nos militants. Nous sommes engagés résolument vers 2020 avec nos amis, avec nos  partenaires  qui partagent avec nous l’idée de la souveraineté, l’idée de l’indépendance vraie, ceux qui ont pour référent politique le Président Laurent GBAGBO. »
[…]
Retrouvez le programme complet de la fête de la liberté de GAGNOA 2018 sur le lien suivant :
https://www.facebook.com/sen.sey.3517/posts/105466940320838


[2] Quelques éléments de réflexion sur la réconciliation « wouyah wouyah »(mensonges-mensonges) proposée par le PAN criminel Guillaume SORO : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2017/06/parodie-de-reconciliation-la-soro.html
[3] Laurent GBAGBO a été investi à la tête du FPI à l'issue de son troisième Congrès extraordinaire : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2015/05/0-avril-2014-mama-cloture-du-troisiemme.html ; sur la fête de la liberté de Mama proprement dite : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2015/04/grande-fete-de-la-liberte-mama-du-30.html
[4] Sur les arrestations de nos dignes militants du FPI :  http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2015/05/nouvelle-vague-darrestations-de.html


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SOUTIEN A MARCUS VICTIME DE VIOLENCES POLICIERES ET POURTANT CONDAMNE COMME L'AGRESSEUR !

FRANCIVOIRE : VICTIMES PERSECUTEES/BOURREAUX RECOMPENSEES (suite procès Koua/Dahi/Djédjé)

LE CALVAIRE DE JEAN ASSIE KOUATCHI PRISONNIER POLITIQUE IVOIRIEN