TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

vendredi 18 juillet 2014

Ivresse de toute puissance en Francivoire

Message que le Président HOLLANDE aurait pu prononcer lors de son voyage en terre vassale d’Eburnie (toute ressemblance avec la réalité n’est absolument pas fortuite !) :

« Voilà ce que je suis venu vous dire sur la fin de l’impunité décrétée par la France » Mais voyant un mouvement de panique gagner l’Assemblée avec aux premiers rangs le diabolique couple OUATTARA avec l’un dont les piles menacent de s’arrêter à chaque seconde sous le poids de sa conscience s’il en a une et l’autre dont les ravalements de façade successifs sont sur le point de s’affaisser laissant la barbarie intérieure s’étaler dans toute sa laideur, le PAN SORO et ses dents qui rayent le parquet commençant à s’entrechoquer à l’évocation de poursuites possibles, sans compter tous les com’zones qui ont troqué le treillis contre le costume cravate mais n’en demeurent pas moins des chefs sanguinaires nourris du sang de leurs victimes depuis 2002... et surtout observant la pâleur qui gagne tous les commanditaires, bénéficiaires directs ou collatéraux du coup de force de 2011 avec ses implications en amont et en aval, HOLLANDE poursuit précipitamment : « Non rien qui ne doive vous inquiéter. Vous pourrez continuer à étouffer les civils avec des sacs plastiques ou vous adonner à vos tueries individuelles et collectives en accusant vos victimes de tous les crimes du monde pour justifier vos exactions. Vous pouvez continuer à coloniser les riches terres cacaoyères en violant, pillant en expropriant et en massacrant les propriétaires. Ne soyez pas inquiets, vous pouvez plus que jamais incarcérer, torturer, sodomiser collectivement vos centaines de prisonniers politiques et les détenir au secret sans suite. Vous pouvez toujours sans risque déguiser vos bavures ou autres exécutions sommaires en cambriolages ou accidents imprévisibles. Vous pouvez continuer à vous faire soigner en France en laissant crever vos populations faute de soins et d’accès à des normes d’hygiène et d’alimentation minimales. Rien n’a changé de ce côté. En revanche, pour répondre aux exigences prioritaires de la lutte antiraciste que nous menons et qui est au centre de nos préoccupations et de celles de nos concitoyens, il vous est désormais strictement interdit de comparer quiconque à un singe, sous peine de 9 mois d’emprisonnement et d’une lourde amende. » A ces mots, les nervis blancs, noirs et arc-en-ciel de la Francivoire ne se sentent plus de joie et s’empressent de signer les contrats certes léonins, mais néanmoins encore très juteux des patrons français présents dans les valises du nouveau maître de l’Elysée. Les chefs d’orchestre se succèdent mais la musique elle reste la même.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire