TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

dimanche 2 octobre 2016

CPI : RIEN CONTRE GBAGBO MAIS TOUTES LES PREUVES DES CRIMES DE OUATTARA

ET SI NOUS ARRETIONS DE PRENDRE LA VESSIE DE WATTAO POUR UNE LANTERNE ?
Wattao : crédit photo Lavane Murphy
Si la vulgarité de WATTAO[1] qui nous parle de la taille de sa pine était tout ce que nous avions à lui reprocher, ce serait certes inquiétant pour le niveau d’instruction de l’élite ivoirienne, mais ce ne serait pas si grave ;
Si le recours au Dioula comme langue de communication avec ses troupes était tout ce que nous déplorions et dénoncions chez Wattao, ce serait discriminatoire et peu républicain, mais ça ne tuerait personne en Côte d’Ivoire et partout où les troupes ADOratrices sévissent…
Si l’enrichissement sans cause de WATTAO[2], son amour des pistolets en or et du mensonge étaient les seuls pêchés avérés de cet officier de haut rang de l’armée dite républicaine de Côte d’Ivoire, alors ça ne serait pas très politiquement correct, mais vraiment, ça ne vaudrait pas beaucoup plus qu’un pet de coucou…
Mais WATTAO est en première ligne de ceux qui ont mis la Côte d’Ivoire à feu et à sang depuis 2002. Quand on pense que la CPI n’a aucune preuve contre Laurent GBAGBO, Charles Blé Goudé et toutes celles qui l’ont soutenu et qui le soutiennent encore au péril de leur vie –et pour cause puisqu’ils n’ont pas commis les crimes qu’on leur impute- tandis que les preuves des exactions de la francivoire par OUATTARA/COMPAORE/PING et consorts interposés existent bel et bien… Rien que pour la crise postélectorale de 2010/2011, il y a toutes les photos de la presse officielle qui démontrent la bestialité de la descente des mal nommées FRCI (Forces Républicaines de Côte d’Ivoire, ex-forces nouvelles, en plus clair mouvements rebelles ivoiriens qui sèment la mort et la désolation en Côte d’Ivoire depuis 1999 d’abord aux côtés de Robert GUEI puis alliés à OUATTARA jusqu’à aujourd’hui pour son arrivée et son maintien au pouvoir par la force). Nous en voulons pour preuve cette série de photos de Patrick ROBERT disponibles sur getty images[3] qui ont illustré les articles sur la crise ivoirienne des médiamenteurs officiels… Heureusement d’ailleurs que ce sont eux qui les publient, car si c’était nous autres pro-Gbagbo qui avions montré ces photos des crimes en direct des terroristes de OUATTARA abusivement présentés comme « les soldats loyaux du Président élu OUATTARA », on aurait crié au montage. Je suggère donc aux  Juges de la CPI qui prétendent œuvrer pour la vérité et à  Jean PING –grand ami de OUATTARA qui a légitimé les exactions commises contre le peuple ivoirien en 2010/2011 avant de saisir la CPI aujourd’hui pour dénoncer les crimes de BONGO- de bien vouloir auditionner tous les journalistes occidentaux qui ont couvert la crise ivoirienne et permis le maintien du système néocolonial qui les rémunère –je l’espère pour eux grassement- pour rétablir la réalité historique qu’on leur demande sans cesse de falsifier selon le storytelling intéressé des puissants qui nous gouvernent.
Ainsi ne serait-il pas judicieux de demander à :
Jean-Paul MARI de venir témoigner sur ce qu’il a vu, filmé et photographié du massacre de DUEKOUE fin mars 2011 ?[4]
A Patrick ROBERT de témoigner sur la crise ivoirienne qu’il a couverte notamment concernant la bataille d’ABIDJAN et l’épuration ethnico-politique des pro-GBAGBO[5] ?
A tant d’autres journalistes également inféodés au système néocolonial qui ont couvert et continuent de couvrir les guerres économiques déguisées en guerres humanitaires de la France et de ses alliés de l’OTAN de défiler dans les prétoires afin de rétablir une partie de l’Histoire des peuples africains injustement spoliés de leurs richesses aussi bien matérielles, qu’humaines, culturelles et même souvent… spirituelles ?
Comme le dit si bien Laurent GBAGBO « Le temps est l’autre nom de Dieu » et Charles Blé GOUDE d’ajouter : « L’Histoire de mon pays est trop récente Madame la Présidente et ceux qui tentent de la falsifier en lui tordant le cou se livrent à un exercice au succès peu probable.»[6]




[1] Adresse récente de WATTAO, chef de ladite Garde Républicaine ivoirienne à ses éléments que l’on peut retrouver sur le mur de Lavane Murphy le 30 septembre, 18:34 https://www.facebook.com/photo.php?fbid=575579615962841&set=a.112120275642113.1073741828.100005324234569&type=3&theater Wattao : “Allah Akoubarou!  Quittez sergent pour devenir adjudant ? Ahhh c'est l'armée de Samory ou bien? Celui qui estime qu'il a grosse pine que moi, il n'a qu'a broncher.
Je vais lui montrer que la mienne est en forme"
.  "a ka min oubien a ma min?"La troupe : "an ka min" Wattao : "An gné fafrôya da bla". Ainsi s'exprime un Lieutenant-Colonel en Côte d'Ivoire…
[2] L’émission Passeport pour le crime diffusée en 2013 dans laquelle on voit WATTAO faire étalage de sa richesse et des passe-droits qu’il s’octroie témoigne de l’immoralité de ce haut gradé de l’Armée sous OUATTARA : https://www.youtube.com/watch?v=ULwVd8cp_iE
[5] « Pro-Gbagbo, c’est comme ça que nos ennemis aiment à nous appeler ce dont nous nous accommodons mais nous préférons nous présenter comme les défenseurs du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes
[6] Extrait de l’allocution de Charles Blé Goudé du 02 octobre 2014 à l’occasion de sa comparution devant la CPI. A noter que le 02 octobre correspond également à la date anniversaire du premier  appel de Charles Blé GOUDE à descendre dans la rue pour défendre les institutions et la souveraineté de son pays sauvagement agressé par les rebelles de SORO  sur ordre de OUATTARA : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/10/charles-ble-goude-deshabille-la-cpi-et.html


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire