TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

dimanche 27 septembre 2015

AU PAYS DES AVEUGLES, LES BORGNES SONT ROIS !

Dessin de Sahiri Faustin
Derrière la main de l'exécutant, il y a un presque toujours un cerveau de nanti occidental qui donne l'ordre de tirer ! 

A toutes celles et ceux qui feignent de croire que le putsch de Gilbert DIENDERE n'était ni prévu, ni prévisible et surtout que tout est bien qui finit bien au Burkina Faso, n'oublions pas notre schizophrénie bien française mais partagée par une grande partie des grandes puissances : soutenir les démocrates sur le papier tout en formant et en missionnant des agents occultes[1] de déstabilisation de ce qu'elle considère toujours comme son pré carré.
Le vaillant peuple burkinabé est certes descendu dans la rue pendant de nombreux mois jusqu'à l'insurrection d'octobre 2014 pour faire chuter COMPAORE et l'empêcher de modifier la Constitution via un référendum sur mesure pour se maintenir au pouvoir[2]
Cependant comme dans de nombreux pays voisins, la diplomatie, les officines françafricaines et leurs valets locaux n'ont  eu de cesse de reprendre la main pour garder le contrôle sur cette Afrique qu'ils continuent de considérer comme leur pré carré. Comme ils l'ont fait en Côte d'Ivoire depuis octobre 2000 après que les patriotes ivoiriens aient empêché GUEI de confisquer la vérité des urnes, les dirigeants du monde des puissants sont à l'oeuvre pour maintenir le système de domination néocoloniale au Burkina Faso en essayant de dépecer le peuple de sa souveraineté. Ce sont les mêmes mécanismes de balkanisation intérieure comme extérieure qui sont à l’œuvre à chaque fois qu'un leader souverainiste se lève pour défendre le droit de son peuple à disposer de lui-même[3]... 
Ainsi pendant que les dignes filles et fils du Burkina Faso continuent de descendre dans la rue pour libérer leur pays de la prédation néocoloniale, les autorités françaises condamnent le putsch du Général DIENDERE d’une main tandis qu'elles le soutiennent de l’autre, à travers leurs hommes de main, tels les Généraux   Benoît PUGA et Emmanuel BETH[4], ce que nous dénoncions déjà dans un article intitulé : « Burkina Faso : le putsch tout en un ! ».
Hollande reçoit Ouattara à l'Elysée 18 septembre 2012
On sait par exemple que c’est la France qui a exfiltré COMPAORE vers la CÔTE D’IVOIRE voisine de son ami et comparse OUATTARA[5]… La France invoque des raisons humanitaires et se fonde sur une pseudo-décision de la CEDEAO, son club de valets locaux, qui n’ont de cesse de cautionner tous les coups tordus de l’Hexagone, depuis l’anéantissement de l’Etat de droit en Côte d’Ivoire en passant par la confiscation des urnes au Togo, le désarmement tarifaire via les Accords de Partenariat Economique, les interventions militaires franco-onusiennes sous-couvert de lutte contre le terrorisme,... Bref, la France continue à jouer au pompier pyromane sauf qu’à force d’allumer des feux et des contrefeux en Afrique subsaharienne comme aux Proches et Moyen-Orient avec les autres autoproclamés Gendarmes du monde, elle ne maîtrise plus grand-chose. Et surtout ce sont toujours les peuples qui trinquent, ceux qui selon la définition de Michel ONFRAY : « sur lesquels s’exerce le pouvoir et qui n’ont jamais la possibilité d’exercer le pouvoir ». Sauf que ces peuples en Afrique se lèvent et risquent leur vie pour conquérir, recouvrer ou protéger leur liberté. C’est là que les fossoyeurs des révolutions populaires interviennent.
Voici ce que le Général Emmanuel BETH (même si « les deux font la paire », ne pas le confondre avec son frère Frédéric BETH ancien commandant du COS -Commandement des Opérations Spéciales basées à Ouagadougou avant de devenir le numéro deux de la DGSE), voici donc ce que déclarait Emmanuel BETH, ancien commandant de la force Licorne 2002/2003, ex-ambassadeur de France au Burkina Faso de 2010 à 2013 reconverti consultant B to B des roitelets du monde du CAC40[6] en novembre dernier au micro de Christophe BOISBOUVIER de RFI à l’occasion de la chute de COMPAORE[7] :
« Le 31 octobre, c’est la France qui a permis à Blaise Compaoré de s’enfuir par hélicoptère et par avion. Est-ce que ce n’était pas de l’ingérence dans les affaires intérieures du Burkina ?
Dans toutes ces questions où la France peut être soupçonnée de telle ou telle attitude, il faut revenir à la cause de ces actions. Je vous rappelle que cette action a été réalisée à la demande de chefs d’Etat africains, dont le président Alassane Ouattara [Côte d’Ivoire] et peut-être même d’autres. C’est une demande africaine que la France a satisfaite.
C’est vrai que c’est, à l’origine, à la demande du président ivoirien que la France a exfiltré Blaise Compaoré. Au Burkina Faso, certains pensent que l’ancien président devrait répondre devant les juges d’un certain nombre de crimes qui lui sont imputés ?
D’abord, je crois quand même que le président est parti dans des conditions finalement dont on peut se féliciter in fine puisqu’il a évité de faire couler le sang. Et ça a été une de ses motivations premières pour sa démission. Ensuite, je rappelle qu’il y a une loi d’amnistie présidentielle au Burkina votée depuis juillet 2012. Et le dernier point qui est fondamental, dès lors qu’un pays a connu une crise, il faut surtout se pencher vers le futur avant de vivre éternellement sur le passé qui ne règle rien et ne fait qu’exacerber les tensions éventuelles. »
L’impunité étant le principal facteur de récidive en matière de crimes contre l’Humanité, nous nous interrogeons sur cette volonté manifeste des partisans de l’ancien Régime d’échapper à toutes poursuites et d’invoquer des lois d’auto-amnistie « du bourreau, par le bourreau et pour le bourreau » là où la démocratie se définit par « le Gouvernement du peuple pour le peuple et par le peuple ».
La volonté de ne pas sanctionner les dirigeants de l’Ancien Régime se traduit déjà par la participation des anciens barons de COMPAORE dont Roch Marc-Christian KABORE présenté à tort ou à raisons comme l’un des favoris des prochaines présidentielles burkinabé. Que dire de la prudence pour ne pas dire de l’irresponsabilité de celui qui prétend présider à la destinée du peuple burkinabé, lui qui a attendu la fin du putsch de DIENDERE avant de se positionner en appelant lui aussi à favoriser des élections inclusives tout en remettant à plus tard le châtiment des auteurs du putsch, tous des proches de COMPAORE[8] ? N’est-il pas évident que lui-même ainsi que ses  partenaires politiques du MPP (Salif DIALLO, Simon COMPAORE, Seydou ZAGRE,…) se montrent très cléments à l’endroit du parti de COMPAORE dans la mesure où ils n’ont pas intérêt à ce que l’on remue le passé, eux qui ont collaboré au plus haut niveau de l’Etat burkinabé à ses côtés jusqu’à janvier 2014 ? A ce titre, ils sont co-responsables de tous les crimes contre l’Humanité commis du 15 octobre 1987 jusqu’à leur rupture consommée avec le régime COMPAORE de début 2014… Ne pas le reconnaître, se prévaloir de sa propre turpitude et des lois d’amnistie pro d’homo n’est vraiment pas à la hauteur de ceux qui aspirent aux plus hautes fonctions de l’Etat burkinabé !
Dans les partisans d’élections inclusives qui vont largement au-delà des 14 candidatures validées (qui permettent déjà à des anciens barons de COMPAORE de briguer la magistrature suprême), on trouve également des personnalités jouissant d’une réputation d’hommes engagés dans la refonte des relations franco-africaines sur une base plus égalitaire. 


Laurent Bigot ex-Monsieur Afrique du Quay d'Orsay
Ainsi en va-t-il de Laurent BIGOT qui aime bien rappeler qu’il fut débarqué du Quai d’Orsay pour avoir prédit la chute du régime de COMPAORE en 2012… Couverture ou réalité puisqu’à l’époque on avait surtout invoqué sa position critique sur l’intervention française au Mali, tout jure est-il qu’il est aujourd’hui reconverti dans un consulting bicéphale (il a créé 2 cabinets Gaskiya au Maroc et Odyssée en France), et considère que :
« le processus électoral burkinabé excluant des candidats sous prétexte qu’ils ont servi l’ancien régime de Blaise Compaoré constitue la principale erreur d’une transition critiquée. » [9] 
La très forte médiatisation du putsch de DIENDERE au Burkina Faso fait écho à l’omerta sur la tragédie qui se poursuit en Côte d’Ivoire. Les mêmes qui dénoncent à juste titre le droit du peuple burkinabé à disposer de lui-même sont bien silencieux dès qu’il s’agit de reconnaître le même droit au peuple ivoirien. C’est ainsi que la farce de la validation de la candidature de OUATTARA le jeudi 09 septembre 2015 a déclenché une série de manifestations éclatées aux mains nues qui non seulement ont été très peu relayées médiatiquement, mais sont assimilées à des affrontements violents entre partisans de OUATTARA et partisans de GBAGBO… C’est très habile comme d’habitude. « La propagande étant à la démocratie ce que la violence est à la dictature » comme le dit si bien Noam CHOMSKY, OUATTARA dispose non seulement d’une armée composite surarmée soutenue par ladite « Communauté Internationale » des puissants, mais a également le soutien d’une grande partie de la presse, à travers de nombreux « journalistes » tous sauf objectifs dès qu’il s’agit de sauver le soldat OUATTARA. Ainsi, le journal Le Monde revendique-t-il son partenariat avec OSIWA (Open Society Institute for West Africa), la branche ouest-africaine de la pieuvre tentaculaire SOROS créé autour de OUATTARA en 1999 [10].



Il est évident que l’insurrection populaire d’octobre 2014 qui a abouti à la chute de COMPAORE a été rendu possible par l’installation de OUATTARA qui doit tout à la Françafrique et à son ami et allié COMPAORE. Cela n’enlève rien au mérite et au courage du vaillant peuple burkinabé, mais devrait faire réfléchir ceux qui comme Roch Kaboré et alii condamnent leur ancien mentor COMPAORE tout en continuant de soutenir le régime criminel et liberticide de OUATTARA.
Article déjà commis sur le « PUTSCH TOUT EN UN DE OUATTARA » :

_______________________________________________
[1] De nombreux articles nous alertaient sur le risque que DIENDERE faisait planer sur la transition, tapi dans l’ombre et attendant son heure pour bondir : http://lautreafrique.info/2015/02/14/burkina-le-systeme-compaore-bouge-encore ; Jeune Afrique tablait sur sa discrétion et sur son absence d’ambition à titre personnel… A moins que Gilbert DIENDERE se soit subitement transformé en homme politique ambitieux agissant pour son propre compte lui qui a toujours courtisé l’ombre et les coulisses, exécutant des sales besognes de COMPAORE, le putsch du 17 septembre a forcément un autre commanditaire que lui-même ce que même Jeune Afrique tend à reconnaître dans un article qui lui est consacré en janvier 2013 : http://www.jeuneafrique.com/138808/politique/arm-e-burkinab-gilbert-diend-r-la-discr-tion-assur-e

[2] Voir un article de Mikaël Aurélio DOULSON ALBERCA sur Investig’Action qui retrace le formidable mouvement d’insurrection populaire burkinabé: http://www.michelcollon.info/Burkina-Faso-la-revolution-dans.html

[3] Voir le Blog de Sam la touch édifiant en matière de lutte contre le racisme, l’impérialisme et le néocolonialisme : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com

[4] Molle condamnation du coup d’Etat de DIENDERE l’homme des basses besognes de COMPAORE selon Nicolas Beau dans son article paru sur Mondafrique le 23 septembre 2015 : « Burkina, feu orange de la France en faveur des putschistes » : http://www.mondafrique.com/lire/decryptages/2015/09/23/burkina-feu-orange-de-la-france-en-faveur-des-putschistes

[5] COMPAORE a été exfiltré à la sauvette et pour soi-disant raisons humanitaires sur la base d’une « demande africaine » (en fait, un panel de chefs d’Etat acquis à la France-à-fric s’est déplacé pour rencontrer les autorités de la transition, mais il n’y a eu aucune décision fondée en droit). La France a donc bien agi de sa propre initiative en permettant à dictateur ami de 27 ans de partir armes, bagages et argent en poche en exil doré vers la Côte d’Ivoire voisine de son ami OUATTARA, ouvrant ainsi la voie à l’impunité principale source de récidive dans les crimes contre l’Humanité : http://www.rfi.fr/afrique/20141105-burkina-faso-blaise-compaore-france-exfiltration-cote-ivoire-hollande

[6] Emmanuel BETH est devenu consultant du groupe ESL Network : http://www.eslnetwork.com/fr/france/emmanuel-beth comme Jean-Marc SIMON a créé sa société EURAFRIQUE Stratégie,… C’est fou ce que les anciens ambassadeurs de France en Afrique peuvent profiter de leur réseau pour s’en mettre plein les poches après avoir joué les déstabilisateurs pendant des années : http://blogs.mediapart.fr/blog/christine-tibala/270913/les-chiens-de-garde-de-la-francivoire A noter que Jean-Marc SIMON a changé au moins une chose sur la page d’accueil de son site Internet : il a retiré la photo de BOZIZE après sa chute… C’est sûr que ça faisait moins vendeur,…Gageons que d’ici peu c’est la photo de OUATTARA ou de BONGO lui serrant chaleureusement la main qui disparaîtront !

[7] voir l'interview en entier d'Emmanuel BETH sur ZIDA dans laquelle il est très clair sur la position de la France qui n'a intérêt ni à sanctionner les crimes du dictateur COMPAORE qu'elle a installé et soutenu pendant 27 ans tout comme elle a installé et continue de soutenir OUATTARA : : http://www.rfi.fr/emission/20141120-burkina-faso-emmanuel-beth-france-michel-kafando-isaac-zida

[8] Voir l’interview que Roch KABORE a accordée à RFI ce jeudi 24 septembre 2015 toujours auprès de Christophe BOISBOUVIER dont le moins que l’on puisse dire est qu’il se montre très ambigü en respectant la loi d’exclusion de certains candidats pour s’être compromis avec Blaise COMPAORE sur l’article 37 tout en s’en démarquant bien, mais surtout en faisant comme si la Côte d’Ivoire de OUATTARA avait un rôle « aidant » dans ce dossier et comme si la France ne jouait pas double-jeu : http://www.rfi.fr/emission/20150924-roch-marc-christian-kabore-inopportun-amnistie-burkina-mpp-loi-electorale.

[9] 
C’est un extrait de ce qu’il a déclaré dans le Monde du jeudi 17 septembre : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/09/17/burkina-l-exclusion-de-candidats-de-l-ancien-regime-ne-pouvait-que-mener-a-la-catastrophe_4761420_3212.html                             

Quand on se rappelle ce qu’il a prédit au Togo avant les élections à l’occasion d’une conférence avec la Fondation Gabriel Péri, à savoir que Jean-Pierre FABRE se coucherait car il était fatigué et qu’on ne pouvait pas lui en vouloir, qu’il avait prédit la chute de COMPAORE et le bourbier malien, on se demande s’il n’est pas avant tout un agent du système de manipulation du combat pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.                                                         
En effet, il ne peut pas prôner le droit du peuple burkinabé à choisir ses propres dirigeants et en même temps vouloir imposer des élections inclusives au même peuple qui les vomit et aspire à ce que ceux qui ont commis des crimes soient sanctionnés à commencer par être inéligibles à la candidature à la présidence du peuple qu'ils ont terrorisé… Pire que cela, dans une interview accordée à RFI, toujours au micro de Christophe BOISBOUVIER du 18 septembre 2015, le même Laurent BIGOT glisse ce morceau de choix de sa perversité : "On a le cas de la Côte d’Ivoire quand Laurent Gbagbo a conservé le pouvoir de force, ou en Afrique du Sud, où ça a pris un peu plus de temps historiquement ; mais on ne survit pas à des sanctions internationales." Voyez un peu le travail : habilement ce pseudo conseiller engagé aux côtés des peuples africains en lutte  laisse compare la situation de DIENDERE à celle de... LAURENT GBAGBO qui aurait voulu garder le pouvoir par la force et le met dans le même sac que le régime honni de l’apartheid (http://www.rfi.fr/emission/20150918-laurent-bigot-burkina-il-faut-reprendre-processus-democratique-blaise-compaore) ! Si le ridicule pouvait tuer… Laurent BIGOT est bien redevenu le Monsieur Afrique qu'il n'a sans doute jamais cessé d'être. Ses positions, sa proximité avec le pouvoir français comme sa fréquence dans les médias mainstream (tels RFI et LE MONDE partenaire officiel d’OSIWA la branche ouest-africaine des ONG de SOROS) en sont un indicateur quasi infaillible... A bon entendeur salut !
[10] Sur la pieuvre tentaculaire Soros : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/10/ces-ong-criminelles-qui-vampirisent.html. 2 exemples de son influence sur le story telling des médias mainstream : Le journal Le Monde est partenaire officiel d’OSIWA depuis 2006, ceci expliquant peut-être cela : http://www.lemonde.fr/partenaire-osiwa ; L’OSIWA (Open Institute for West Africa) de SOROS a financé l’ONG HWR: Georges SOROS a octroyé 100 millions de dollars à HRW en septembre 2010 , ce dont attestait la page suivante sur HRW qui a été supprimée, mais la capture d’écran ci-dessous permet de vérifier la réalité des faits : http://www.hrw.org/fr/news/2010/09/07/george-soros-s-engage-verser-100-millions-de-dollars-human-rights-watch

2 commentaires: