TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

mardi 18 août 2015

REVOILA LES CHIENS DE GARDE DE LA DOMINATION NEOCOLONIALE !

A quelques mois de la parodie d'élections présidentielles qui se profile en Côte d'Ivoire sous le régime vassal de OUATTARA installé par la force et dans le sang à coup de bombes franco-onusiennes le 11 avril 2011, les chiens de garde de la FRANCIVOIRE/FRANCE-A-FRIC refont surface.
Citons d’abord Florent Geel responsable Afrique de la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l'Homme) qui en bon VRP du charity-business desdites ONG droitsdelhommistes [1]
assure encore et toujours le SAV (Service Après Vente) de la recolonisation totale de la Côte d'Ivoire au service des multinationales prédatrices que sont Bouygues, Bolloré, SIFCA, Dreyfus, Orange, et tant d'autres. C'est ainsi qu'il accordait une interview à Christophe Boisbouvier "journaliste" de RFI le mercredi 12 août 2015[2], radio aux ordres

s'il en est, nous assénant à nouveau ses contrevérités sur la crise ivoirienne. De l'assassinat d'Alex Saint-Joël GNONSAN[3], témoin-rescapé du massacre de Nahibly du 20 juillet 2012[4] pour lequel la FIDH s'est sournoisement constituée partie civile, il n'en sera bien entendu pas question, pas plus que de l'impunité des crimes dont la FIDH est complice depuis 2000 en Côte d'Ivoire. Rappelons que la FIDH a exfiltré le tout sauf indépendant juge Epiphane Zoro Bi Ballo[5], fondateur du MIDH (Mouvement Ivoiriens des Droits de l'Homme), une des nébuleuses de OUATTARA dont le Président drissa TRAORE a été élevé au grade d’officier de l’ordre du mérite ivoirien par Henriette DIABATE en janvier 2013[6]. On ne s’étonne dès lors pas que Florent GEEL  parle du Président OUATTARA en des termes élogieux, qu’il se targue d’avoir avec d’autres accompli un travail de titan pour que justice soit rendue dans les crimes de la crise postélectorale, réaffirmant la nécessité de faire juger Simone et Laurent GBAGBO pour crimes contre l’humanité. Des dizaines de milliers de victimes du plus long coup d’Etat de la françafrique de septembre 2002 jusqu’à aujourd’hui[7] ainsi que des centaines de prisonniers politiques qui croupissent toujours en prison[8] et des centaines de milliers d’exilés ou de déplacés,  il n’en fut bien entendu pas question. A noter que nos manifestations sous les fenêtres du siège de la FIDH à PARIS ainsi que les nombreuses motions d’interpellation et de dénonciation des crimes passés ou en cours[9] en Côte d’Ivoire, n’ont jamais reçu le moindre début de commencement de réponse.







[5]  Sur la partialité du juge Epiphane Zoro Bi Ballo créature françafricaine incontestée protégé par la FIDH : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/10/le-petit-juge-epiphane-zoro-bi-la.html
[6]  Sur la remise de médaille à Drissa TAORE par Henriette Diabaté : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/06/les-mediamensonges-de-la-francivoire.html
[7]  Mémorandum en images non exhaustif de la crise ivoirienne depuis 2000 http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2012/12/memorandum-en-images-sur-la-cote-divoire.html
[8] Voir le rapport qui circule sur les réseaux sociaux le plus récent sur la situation des prisonniers politiques ivoiriens début août 2015 : https://soutienetliberte.files.wordpress.com/2015/08/rapport-prisonniers-ed4-20150804-doc.pdf
[9]  Voir le contenu de quelques motions de dénonciation de la complicité de la FIDH concernant les violations des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire sur les liens suivants  : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/10/motion-de-denonciation-de-la-fidh-du-23.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire