TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

samedi 16 mai 2015

Pourquoi le combat de Claudy Siar n'est pas le mien !

Le 6 mai 2015, Claudy Siar annonçait qu'il se mettait en grève de la faim pour garder le contrôle de Tropique FM avant de suspendre quelques jours plus tard sa grève après avoir appelé à la mobilisation en sa faveur, se présentant comme un ardent défenseur du panafricanisme.

Claudy Siar suspend sa grève de la faim pour le contrôle de Tropiques FM

http://www.jeuneafrique.com/231893/societe/claudy-siar-suspend-sa-gr-ve-de-la-faim-pour-le-contr-le-de-tropiques-fm



Par Claire Rainfroy
L'animateur Claudy Siar, fondateur de Tropiques FM, a suspendu mercredi sa grève de la faim entamée le 6 mai pour obtenir gain de cause dans le conflit qui l'oppose à son associé, Stéphane Mouangué, actionnaire majoritaire de la radio.
Mise à jour le 14/05 à 17h
Claudy Siar a suspendu sa grève de la faim mercredi 13 mai. L’animateur a fait savoir qu’un rendez-vous de concialiation entre les deux parties était programmé au CSA mardi 19 mai.

Diaspora: Le journaliste Claudy Siar entame une grève de la faim dans les locaux de Tropiques FM pour récupérer la radio qu'il a fondée
Publié le Jeudi 7 Mai 2015.
Par IvoireBusiness - Claudy Siar entame une grève de la faim dans les locaux de Tropiques FM pour récupérer la radio qu'il a fondée.
Claudy SIAR.
COMMUNIQUÉ
Depuis trois ans, Claudy SIAR et Patrick LEMURE luttent pour sauver TropiquesFM, la radio dont ils sont les fondateurs. Un financier aux méthodes moralement répréhensibles, tente les manigances les plus abjects afin de spolier la communauté des français d’outre-mer de son unique media radiophonique en Ile-de-France.
En 2006, le CSA souhaitait une nouvelle radio dévolue aux identités des français d’outre-mer. Claudy SIAR a conçu une ligne éditoriale performante et pertinente. Dans ce projet était mis en exergue l’identité, l’ambition entrepreunariale, l’histoire, la citoyenneté, la culture, le divertissement.
Autant d’éléments constitutifs d’une communauté en pleine construction.
En rejoignant Claudy SIAR et Patrick LEMURE, le financier Stephane Mouangué connaissait leur projet radiophonique pour l’outre-mer. Début 2007, le CSA conseille à Claudy SIAR de ne pas conserver Stephane Mouangué dans son tour de table du à la mauvaise réputation supposée ou avérée de ce dernier.
Claudy SIAR avait signé une convention avec RFO (aujourd’hui Outremer1ère) pour la fourniture de plusieurs éditions d’information d’outre-mer. Cette convention figure dans le dossier de candidature.
Depuis le 7 mars 2015, Radio Outremer1ère a mis un terme à son partenariat avec TropiquesFM.
Des annonceurs historiques ont également choisis de ne plus communiquer sur TropiquesFM.
Des employés, en majorité des femmes, ont été licencié avec violence et mépris par Valérie Rousseau (gérante fictive), compagne de Stéphane Mouangué et leur fille Victoria Mouangué. Le tort de ses 5 salariés ; avoir osé s’opposer aux actes d’hostilités de ce clan familial. Le financier a abusé de la confiance de ceux qui l’avait associé à leur projet radiophonique à destination des ultramarins.
TropiquesFM a perdu son âme et ne répond plus à sa mission.
Patrick LEMURE et Claudy SIAR ne quitterons plus les locaux de leur radio tant que le CSA ne tranchera pas ce conflit et dans le respect de tous. Et avant tout, dans l’intérêt des français d’outre-mer qui ont besoin de leur radio.
Certes c’est un conflit d’actionnaires qui relève du tribunal de commerce. Cependant une radio n’est pas une entreprise comme une autre. Elle n’existe que par l’attribution d’une fréquence, un bien public, attribuée par le CSA. Nous attendons que cette haute autorité qui a prédominance sur les tribunaux prenne une décision juste afin de mettre un terme a un conflit qui n’a que trop duré. Nous attendons que le CSA prenne ses responsabilités.
SOUTENEZ CLAUDY SIAR DANS SA GRÈVE DE LA FAIM POUR LA DÉFENSE DE LA RADIO DES FRANÇAIS D’OUTRE-MER.
IL S’EST TOUJOURS ENGAGÉ POUR LA MISE EN VALEUR DES ULTRAMARINS. NOUS CRAIGNONS DES ACTES DE PROVOCATIONS CONTRE CLAUDY SIAR.
SOYONS UNIS
Vous pouvez vous rendre à TropiquesFM 4, Bd des Îles
92130 Issy les Moulineaux
Contact : 0617897991

Pour rappel en attendant quelque-chose de plus complet, fin avril 2014, il parlait depuis Abidjan du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA). Pas une ligne, pas un mot dans cet article du véritable combat pour le panafricanisme : http://news.abidjan.net/h/549718.html.

ART ET CULTURE
Le FEMUA, "premier festival africain consacré aux musiques urbaines" (Claudy Siar)
Publié le mercredi 22 avril 2015  |  AIP

© Abidjan.net par Marc Innocent 
FEMUA 8: Signature de convention entre Côte d`Ivoire Tourisme et la Fondation Magic System
Mardi 21 Avril 2015. Abidjan. L`office ivoirien du tourisme (Côte d`Ivoire Tourisme) représenté par son directeur général Jean-Marie Somet, a réaffirmé son engagement à la fondation Magic System représentée par Salif Traoré dit A`Salfo, à accompagner l`organisation et de la tenue de la 8ème édition du Festival des Musiques Urbaines d`Anoumambo.
Abidjan – L’animateur de l’émission "Couleurs tropicales" sur Radio France internationale (RFI), l’antillais Claudy Siar, estime que le Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA) est "le premier festival africain consacré aux musiques urbaines".

Claudy Siar, qui revendique un panafricanisme nourri à la sève d’une génération "consciente" de la nécessité de l’union des africains pour le développement de leur continent, a dit fonder son jugement sur le fait que pour la première fois, un groupe américain, Meta and the Cornerstones, considéré comme "le futur" de la musique reggae, représente les Etats-Unis, aux côté du français Zaho, de l’ougandais Joel Sebunjo ou encore du groupe sud-africain, Freshly ground, sans compter la pléiade d’autres artistes africains et ivoiriens.

La présence du groupe sud-africain, par exemple, "symbolise la solidarité africaine au-delà des débordements de l’actualité concernant la chasse aux étrangers actuellement en cours dans ce pays", a-t-il soutenu, en direct sur les ondes de RFI depuis Abidjan.

Présent à chaque édition de ce festival, l’ancien délégué interministériel pour l’égalité des chances des français d’outre-mer, consacre, vendredi et samedi, ses tranches horaires à deux émissions, en direct, aux artistes invités de cette 8ème édition depuis la scène principale du festival, sur le site d’Anoumabo, une habitude qui remonte aux trois dernières éditions.

Claudy Siar a largement contribué à la promotion sur la scène internationale du groupe Magic system dès la sortie de leur premier titre à succès, 1er Gaou, à travers l’émission "Couleurs tropicales" qui célèbre cette année son 20ème anniversaire.

Il ne tarit pas d’éloges pour l’initiateur de l’événement dont il loue l’engagement social à travers la mobilisation de fonds pour la construction d’écoles primaires et d’établissements d’enseignement préscolaire à chaque édition.

La première pierre de celle de cette édition est prévue pour être posée ce jeudi par le parrain, le président de la Commission de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Désiré Kadré Ouédraogo, dont l’institution, quarantenaire, a voulu s’associer à l’événement autour du thème générique de "l’intégration et du rapprochement des peuples".

Après des rencontres professionnelles, ce mercredi à la Chambre de Commerce et d’Industrie sur le thème "Intégration et marché des musiques en Afrique", les festivités démarrent, dans la soirée, avec le concert de l’artiste-chanteur malien, Habib Koité, à l’Institut français d’Abidjan en attendant l’ouverture officielle du festival, jeudi, sur le site d’Anoumabo (Marcory).

Des concerts à Cocody et à Koumassi, un marathon, une balade lagunaire et diverses autres activités sont également inscrits au programme de cette 8ème édition qui s’achève dimanche.

(AIP)
aaa/akn/ask
Il a animé le RDV tout sauf républicain de l'UMP avec le RDR et quelques autres partis collabos africains dont celui de Macky Sall en avril 2012 pour faire de l'ombre au Congrès du MAF : http://www.legrigriinternational.com/article-cope-et-l-ump-cautionnent-ils-les-appels-au-meurtre-du-rdr-avec-qui-ils-pactisent-103451376.html ; http://re.ivoire-blog.com/archive/2012/04/16/les-rois-du-cynisme.html#BMy7FSW8QsZS0G35.99 

Copé et l'UMP cautionnent-ils les appels au meurtre du RDR avec qui ils pactisent? 

http://www.legrigriinternational.com/article-cope-et-l-ump-cautionnent-ils-les-appels-au-meurtre-du-rdr-avec-qui-ils-pactisent-103451376.html

21 avril 2012

L'UMP, parti de Nicolas Sarkozy, actuellement dirigé parJean-François Copé a signé samedi 14 avril à Paris un accord de partenariat avec le Rassemblement des républicains (RDR) d'Alassane Ouattara. Cette signature est intervenue dans le cadre d'une manifestation intitulée "La France avec les printemps africains", en présence de divers représentants et personnalités, comme Mahmoud Saleh, représentant le nouveau président sénégalais Macky Sall, les anciens Premiers ministres guinéens Cellou Dallein Diallo, Sydia Touré et Lansana Kouyaté ...

De quels printemps africains est-il question ici ? Du coup d'État, certes printanier, réalisé en Côte d'Ivoire par la France afin d'y installer le futur président de la CédéaoOuattara le 11 avril 2011 ? Des réélections dans des fauteuils (parfois presque roulants) de toutes les vieilles barbes de la Françafrique à part Wade (Déby, Compaoré, Sassou) ? Du récent coup d'État au Mali ? De celui, encore plus récent, en Guinée Bissau ?
Les printemps africains, c'est-quoi-c'est-où-c'est-quand-c'est comment (comment) ?


Comment le président Guinéen Alpha Condé (tenu pour un chanteur de reggae par Alexandre Adler) doit-il interpréter l'invitation faite à son principal opposant Dallein Diallo ?


Jean-François Copé, l'homme qui ignorait le sens de l'expression "conflit d'intérêts", a paraphé cet accord "de coopération et d'amitié" avec son homologue ivoirien,Amadou Soumahoro et déclaré "Les putschs militaires n'ont plus d'avenir" Au lendemain de la Guinée Bissau et quelques mois seulement après la tentative par balles sur le palais du même Alpha Condé à Conakry, la formule n'était-elle pas superfétatoire ? Au regard du rôle, une fois encore, pénible attribué à la France dans la crise malienne, était-il judicieux d'assurer : "L'échec très rapide du putsch lamentable au Mali ne fait que renforcer ma conviction. Ce type d'opération est condamné par avance" ? Pour JFC, "la nouvelle politique africaine de la France, c'est Nicolas Sarkozy qui la conduit"alors que "la Françafrique, celle de 'Papa m'a dit', c'est celle du PS et de son candidat", François Hollande. Amen.
Il est un point sur lequel aucun journaliste présent n'a manifestement songé à questionner l'ami Copé, ce sont les propos, les menaces même, proférées régulièrement, et encore il y a quelques jours par M.Soumahoro à l'encontre du parti de Laurent Gbagbo : « Désormais, nous allons demander à nos militants de se mettre en ordre de bataille pour mater tous les militants du Fpi qui s’attaqueront au PrésidentAlassane (Dramane Ouattara). Nous nallons plus accepter les arrogances du Fpi. Oui, nous allons les mater. Ils oublient que tous ceux qui se sont attaqués à Alassane se trouvent au cimetière. »
Lorsque la polémique éclatera, Soumahoro reculera en prétextant avoir en fait voulu parler de "cimetière politique". Avant de se lancer dans une nouvelle furieuse diatribe contre les journalistes cette fois... À une semaine du premier tour de la présidentielle française, quoi de plus rassurant : le Secrétaire général de l'UMP signe un partenariat avec un homme qui menace de mort les opposants politiques et se moque du tiers comme du quart de la liberté de la presse! 
Photo - dr   Texte - J.O.
PS : on murmure aussi ici et là que cette manifestation n'aurait en fait eu pour fonction que de contrer médiatiquement le Congrès du Mouvement des Africains de France, initié par Calixthe Beyala le même jour... cela expliquerait peut-être l'étonnante présence au milieu des Ouattaristes d'un ancien très bien vu sous Gbagbo, l'actuel Délégué interministériel à l'égalité des chances pour les Français de l'Outre-mer, Claudy Siar...

Les rois du cynisme 16/04/2012

Copé et l'UMP cautionnent-ils les appels au meurtre du RDR avec qui ils pactisent ?
Dimanche 15 avril 2012
L'UMP, parti de Nicolas Sarkozy, actuellement dirigé par Jean-François Copé a signé samedi 14 avril à Paris un accord de partenariat avec le Rassemblement des républicains (RDR) d'Alassane Ouattara. Cette signature est intervenue dans le cadre d'une manifestation intitulée "La France avec les printemps africains", en présence de divers représentants et personnalités, comme Mahmoud Saleh, représentant le nouveau président sénégalais Macky Sall, les anciens Premiers ministres guinéens Cellou Dallein Diallo, Sydia Touré et Lansana Kouyaté ...

De quels printemps africains est-il question ici ? Du coup d'État, certes printanier, réalisé en Côte d'Ivoire par la France afin d'y installer le futur président de la Cédéao Ouattara le 11 avril 2011 ? Des réélections dans des fauteuils (parfois presque roulants) de toutes les vieilles barbes de la Françafrique à part Wade (Déby, Compaoré, Sassou) ? Du récent coup d'État au Mali ? De celui, encore plus récent, en Guinée Bissau ?

Les printemps africains, c'est-quoi-c'est-où-c'est-quand-c'est comment (comment) ?

Comment le président Guinéen Alpha Condé (tenu pour un chanteur de reggae par Alexandre Adler) doit-il interpréter l'invitation faite à son principal opposant Dallein Diallo ?

Jean-François Copé, l'homme qui ignorait le sens de l'expression "conflit d'intérêts", a paraphé cet accord "de coopération et d'amitié" avec son homologue ivoirien, Amadou Soumahoro et déclaré "Les putschs militaires n'ont plus d'avenir". Au lendemain de la Guinée Bissau et quelques mois seulement après la tentative par balles sur le palais du même Alpha Condé à Conakry, la formule n'était-elle pas superfétatoire ? Au regard du rôle, une fois encore, pénible attribué à la France dans la crise malienne, était-il judicieux d'assurer : "L'échec très rapide du putsch lamentable au Mali ne fait que renforcer ma conviction. Ce type d'opération est condamné par avance" ? Pour JFC, "la nouvelle politique africaine de la France, c'est Nicolas Sarkozy qui la conduit" alors que "la Françafrique, celle de 'Papa m'a dit', c'est celle du PS et de son candidat", François Hollande". Amen.

Il est un point sur lequel aucun journaliste présent n'a manifestement songé à questionner l'ami Copé, ce sont les propos, les menaces même, proférées régulièrement, et encore il y a quelques jours par M.Soumahoro à l'encontre du parti de Laurent Gbagbo : « Désormais, nous allons demander à nos militants de se mettre en ordre de bataille pour mater tous les militants du Fpi qui s’attaqueront au Président Alassane (Dramane Ouattara). Nous n’allons plus accepter les arrogances du Fpi. Oui, nous allons les mater. Ils oublient que tous ceux qui se sont attaqués à Alassane se trouvent au cimetière. »

Lorsque la polémique éclatera, Soumahoro reculera en prétextant avoir en fait voulu parler de "cimetière politique". Avant de se lancer dans une nouvelle furieuse diatribe contre les journalistes cette fois... À une semaine du premier tour de la présidentielle française, quoi de plus rassurant : le Secrétaire général de l'UMP signe un partenariat avec un homme qui menace de mort les opposants politiques et se moque du tiers comme du quart de la liberté de la presse ! 

Photo - dr Texte - J.O.

PS : on murmure aussi ici et là que cette manifestation n'aurait en fait eu pour fonction que de contrer médiatiquement le Congrès du Mouvement des Africains de France, initié par Calixthe Beyala le même jour... cela expliquerait peut-être l'étonnante présence au milieu des Ouattaristes d'un ancien très bien vu sous Gbagbo, l'actuel Délégué interministériel à l'égalité des chances pour les Français de l'Outre-mer, Claudy Siar...

A titre plus personnel, j'ajouterais qu'il a été l'une des dernières personnalités interviewées par Désiré Oué dans son magazine "Tomorrow Magazine" et qu'il n'a même pas daigné réagir, ni produire le moindre communiqué de soutien à la famille quand ce dernier a été assassiné par les escadrons de la mort de Ouattara le 14 octobre 2013 sous les yeux de ses proches. A ce Claudy Siar -faux-nez de la dignité afro-descendante qui affirmait dans son entretien avec Désiré Oué s'adressant à la jeunesse africaine : "J’aimerais le dire qu’il n’y a pas de raisons que qui que se soit ou quoi que se soit tue leur rêve." Désiré OUE a été assassiné (crime vraisemblablement commandité par Mamadou Touré le conseiller à la Jeunesse et aux Sports de OUATTARA), mais Claudy Siar n'a pas levé le petit doigt pour exprimer la moindre compassion, ni rendre le moindre hommage à ce jeune journaliste qui l'admirait pourtant si fort (http://tomorrowmag.net/claudy-siar-leveilleur-de-la-conscience-noire-souvre-a-la-jeunesse). 
En revanche le voilà à solliciter notre soutien pour une vulgaire histoire de parts de radio. Qu'il crève d'orgueil, de lâcheté et de collaboration avec l'ennemi... Son combat n'est pas le mien ! Il n'est qu'un animateur radio qui s'est engagé du mauvais côté de la lutte en se compromettant gravement avec l'UMP, le RDR à travers sa participation au forum susmentionné sur "les printemps africains" (notez bien le symbole du RDR de OUATTARA avec le parti de Macky SALL pour signifier la victoire de ces mal nommés printemps africains...), mais il a aussi été l'éphémère Délégué interministériel à l'égalité des chances pour les Français de l'Outre-mer sous Sarkozy puis sous Hollande (d'avril 2011 à octobre 2012)... Qu'a-t-on retenu de son engagement politique ? Pouvez-vous me citer un seul de ses écrits pour défendre le respect des souverainetés africaines?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire