TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

vendredi 30 janvier 2015

CRIMINELS S'ILS RESTENT PRO-GBAGBO / BLANCHIS DE TOUTE ACCUSATION S'ILS FONT ALLEGEANCE A OUATTARA !

REACTION A LA DECLARATION DE M. AHOUSSOU  : 
"tous les détenus seront libérés avant la présidentielle d’octobre 2015" 


Drôles de "criminels" quand même ces pro-GBAGBO : coupables des pires crimes s'ils continuent de soutenir Laurent GBAGBO mais blanchis de toutes les accusations s'ils font allégeance à OUATTARA ! Depuis le temps que nous l'affirmons : les détenus pro-Gbagbo de la CPI, de la MACA, de la DST et d'ailleurs ne sont pas incarcérés en raison de leurs délits ou crimes supposés mais uniquement pour des raisons politiques. Ce sont des centaines d'otages dont le régime illégitime et liberticide de OUATTARA monnaye la libération en contrepartie d'actes d'allégeance de l'opposition en sus des gratifications individuelles aux plus méritants des collabos du régime (dégel des comptes, restitution des biens, prix tâchés de sang,...) pendant que nos jeunes et vaillants camarades eux ne lâchent rien et sont prêts à mourir debout plutôt que de survivre dans la honte et la trahison. Qu'ils en soient remerciés... Et surtout continuons d'exiger leur libération immédiate et sans condition car ce sont eux les vrais combattants de la liberté, la leur mais également la nôtre ! Ce ne sont pas les quelques vagues de libération de prisonniers politiques qui se sont succédées qui vont nous démentir : et vas-y que je t'en libère 51 de la main droite parmi les plus mal en point et les plus médiatisés en termes d'urgence sanitaire quand de la main gauche j'en incrimine autant de nouveaux, histoire de garder la même marge de négociation pour ne pas dire de chantage !


Côte d’Ivoire: tous les détenus seront libérés avant la présidentielle d’octobre 2015 (Ahoussou)

Vu sur http://www.ladepechedabidjan.info/Cote-d-Ivoire-tous-les-detenus-seront-liberes-avant-la-presidentielle-d-octobre-2015-Ahoussou_a19998.html 
Côte d’Ivoire: tous les détenus seront libérés avant la présidentielle d’octobre 2015 (Ahoussou)
Tous les détenus de la crise post-électorale ivoirienne seront libérés avant les élections présidentielles d'octobre 2015, a annoncé, jeudi soir à Abidjan, le gouvernement ivoirien à la reprise du dialogue politique avec l'opposition. 


Le point des avancées du dialogue politique ainsi que les questions pendantes liées notamment au statut de l'opposition, au financement des partis politiques et aux questions électorales ont été à l'ordre du jour de cette rencontre. 


"Nous avons discuté dans la franchise et la fraternité", a déclaré le ministre d'Etat auprès du Président de la République chargé du dialogue politique, Jeannot Ahoussou Kouadio au terme de la reprise du dialogue avec l'opposition qui a duré près de trois heures. 


"Nous avons convenu de faire des efforts pour solder toutes les questions" pendantes, a ajouté M. Ahoussou Kouadio, rassurant que "nous ferons tout pour qu'avant les élections d'octobre 2015, qu'on ne parle plus de détenus ou de comptes gelés". 


"On se retrouvera la semaine prochaine (jeudi) pour aborder la question cruciale de financement des partis politiques et des élections afin qu'elles soient inclusives et transparentes", a-t-il conclu. 


Auparavant, le Président du Front populaire ivoirien (FPI) Pascal Affi N'guessan a salué cette reprise du dialogue avec le gouvernement. Selon lui, "le gouvernement a marqué sa disponibilité et son engagement à faire en sorte que ces questions trouvent des solutions définitives". 


"Il n'y a pas eu de voix d'éclat au cours de la rencontre", s'est félicité M. Affi N'guessan, soulignant que "chaque acteur a marqué sa bonne disponibilité pour agir dans le sens de la stabilisation du contexte politique pour que cette année, soit une année de paix pour des élections transparentes". 
APA
Vendredi 30 Janvier 2015
Lu 393 fois
La Dépêche d'Abidjan

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire