TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

vendredi 26 septembre 2014

GREVE DE LA FAIM DES PRISONNIERS POLITIQUES IVOIRIENS

JUGEZ-NOUS OU LIBEREZ-NOUS !
#jugeznousoulibéreznous
Pour protester contre leurs détentions aussi arbitraires qu'abusives, les tortures physiques et morales qu'ils subissent au quotidien depuis près de 3 ans et demi dans les prisons ivoiriennes ou autres lieux de tortures au secret pour certains, 370 prisonniers politiques de la Maison d'Arrêt et de Correction d'ABIDJAN ont entamé une grève de la faim illimitée depuis le premier septembre 2014. Après 8 jours de grève, ils ont suspendu leur jeûne protestataire sur la base des recommandations/pressions tant des institutions pénitentiaires du pays que des ONG internationales en publiant la déclaration du 8 septembre 2014 qui précise les motifs de leur mouvement et la reprise de la grève de la faim au 22 septembre 2014 si les autorités ivoiriennes ne répondent pas à leurs revendications légitimes, notamment le droit fondamental d'être jugé ou libéré. Le Gouvernement ivoirien étant resté sourd à leur détresse et à leurs doléances malgré les incitations des ONG internationales, la grève de la faim a repris le 22 septembre avant d'être de nouveau suspendue jusqu'au 20 octobre 2014 ce jeudi 25 septembre. Déjà affaiblis par leurs conditions de détention exécrables assorties de mauvais traitements et d'exactions en tout genres avec les dommages collatéraux sur leurs familles souvent disloquées (vraies/fausses mutineries orchestrées par le pouvoir en place pour les "mâter" avec morts d'homme, refus de soins, suspensions des visites des avocats et des proches, expositions aux virus et maladies, sous-nutrition, malnutrition, gel des comptes bancaires, sans oublier les tortures physiques et morales lors d'interrogatoires dignes de la Gestapo, ...). Nous invitons tous les Ivoiriens, tous les militants du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes à continuer à relayer la détresse et les revendications de tous ces prisonniers politiques que nous saluons pour le courage dont ils font preuve en risquant à nouveau leur vie pour défendre pacifiquement les valeurs universelles de justice, de paix et de liberté auxquelles nous continuons de croire en dépit du silence de plomb dans laquelle a sombré la Côte d'Ivoire depuis l'installation d'un régime aussi illégitime que liberticide par la France le 11 avril 2011. N'oublions pas que le silence médiatique qui s'est abattu sur la Côte d'Ivoire n'est pas un silence de paix, mais bien un silence de Terreur.

Collectif des Femmes
250914 https://www.facebook.com/collectif.desfemmes/posts/292185714308850?fref=nf#
Les detenus de la MACA ont decidé de suspendre leur grave de faim jusqu'au 20 OCTOBRE 2014........
Nous tenons à remercier France 24, TV5, l'ambassade de France, l'ambassade des USA, ONUCI ainsi que toutes les ONG de defense des droits de l'homme.
La liberté n'a pas de prix
Merci à TOUS ET A CHACUN
LA LUTTE CONTINUE

https://www.facebook.com/pages/Sos-Pour-Les-Prisonniers-Politique-En-Cote-D-Ivoire/135106846682695
 

 



                        

  

Reportage France 24 consacré à la grève de la faim des prisonniers politiques de la MACA
Mercredi 24 septembre 2014

300 prisonniers pro-Gbagbo en grève de la faim - Côte d'Ivoire

En Côte d'Ivoire 300 prisonniers sont en grève de la faim. Ce sont tous des détenus liés à la crise post-électorale, issus du camp de l'ancien président Laurent Gbagbo. L'état de santé de certains prisonniers serait alarmant. Dans l'attente d'un procès depuis 3 ans et demi Ils dénoncent des conditions de détention catastrophiques.
" Derrière ces murs, ceux de la plus grande prison du pays, ils sont plus de 300 en grève de la faim. Tous sont proches du parti de Laurent GBAGBO et ont été incarcérés après la crise postélectorale. Pour nous, impossible de les rencontrer : les caméras ne peuvent passer les barbelés. Mais nous avons pu joindre l’un d’entre eux et des photos nous sont parvenues.
Un prisonnier politique joint au téléphone :
« Au jour d’aujourd’hui, ça fait 3 ans et demi que nous sommes maintenus de façon prolongée sans jugement. Qu’on nous juge ou qu’on nous libère de  manière  provisoire pour préparer le jugement parce que cette longue détention  a entraîné des dislocations de familles. En plus de cela, nous sommes dans des conditions difficiles de détention et de vie. On trouve que c’est trop ».
Affaiblis, 80 prisonniers sont désormais à l’infirmerie, certains dans un état critique, une situation qui a poussé les autorités judiciaires et pénitentiaires à se rendre sur place ce mercredi prête à entamer un dialogue.
Babacar OUATA Directeur de l’Administration Pénitentiaire :
« Nous sommes aujourd’hui là avec les différents procureurs, les chargés de Parquet des tribunaux de YOPOUGON et d’ABIDJAN, les Juges d’Application des Peines justement pour comprendre, pour voir s’il y a des possibilités de résoudre les problèmes qu’ils sont en train de poser.
La rencontre n’a pas suffit à satisfaire les prisonniers. Après des mois d’attente, ils veulent des gestes concrets et ont décidé de poursuivre leur grève de la faim pour 24h encore au moins."

AUTRES LIENS VERS DES ARTICLES CONSACRES A CETTE REPRISE DE LA GREVE DE LA FAIM DES PRISONNIERS POLITIQUES DE LA MACA DE SEPTEMBRE 2014 :
http://koaci.com/cote-divoire-procureur-promet-leur-jugement-detenus-mettent-greve-faim-95053.html
https://soutienetliberte.wordpress.com/2014/09/25/abidjan-campagne-daide-a-la-scolarisation-des-enfants-des-detenus-politiques
https://soutienetliberte.wordpress.com/2014/09/25/soutien-aux-detenus-grevistes-de-la-faim
https://www.facebook.com/pages/Sos-Pour-Les-Prisonniers-Politique-En-Cote-D-Ivoire/135106846682695
http://www.lecridabidjan.net/le_fpi_denonce_les_conditions_de_detention_des_prisonniers.html
http://news.abidjan.net/h/511252.html  


DECLARATION DES PRISONNIERS POLITIQUES DE LA MACA
(8 septembre 2014)
Au huitième jour de leur grève de la faim entamée le 01 septembre 2014 (Grève de la faim des prisonniers politiques de la MACA), les 370 prisonniers politiques de la MACA ont décidé d’interrompre leur mouvement en attendant les dispositions que le Gouvernement compte prendre pour mettre fin à leur calvaire aussi illégal qu’inhumain. Car une démocratie véritable ne saurait s'accommoder de centaines de prisonniers politiques, de milliers de demandeurs d'asile et de réfugiés, de dizaines de milliers de morts et de centaines de milliers d'exilés ou bien ?
Source : https://www.facebook.com/marie.yapo.3/posts/764147463650791

Les 370 prisonniers politiques de la MACA (sur un total de 480 dans toutes les prisons) ont entamé une grève de la faim depuis le lundi 1er septembre 2014. Cette grève a atteint son point culminant le jeudi 4 septembre 2014 avec l'adhésion de la majorité desdits prisonniers.
Les raisons évoquées sont:
- la détention prolongée sans jugement (plus de 3 ans pour la plupart),
- les mauvaises conditions de d
étention et de vie,
- la dislocation des familles,
- la non scolarisation de leurs enfants,
- la suspension des soldes pour certains
,…
Cette situation extrêmement grave a entrainé une dégradation de l'état de santé de plusieurs grévistes. Par ailleurs, pour préserver des vies humaines et sur conseil des ONG et de la division des droits de l'homme de l'ONUCI, les prisonniers politiques décident de suspendre la grève de la faim.
Les prisonniers politiques en appellent au gouvernement pour qu'il s'implique réellement dans la libération comme il l'a fait pour certains. En outre, ils appellent fortement les organisations internationales telles que l'ONU, l'UE, l'UA, les chancelleries et les ONG de droits de l'Homme à oeuvrer auprès du pouvoir ivoirien pour obtenir cette libération.
Enfin, les prisonniers politiques restent à l'écoute du gouvernement et des organisations internationales pour qu'une solution idoine soit trouvée d'ici le lundi 22 septembre 2014.  A défaut, ils rependront le mouvement de grève de la faim pour une période illimitée.
FAIT A LA MACA, LE 07/09/2014
Lu et approuvé par les 370 prisonniers politiques de la MACA
Ampliations    A- Au soin de l'administration pénitentiaire (MACA )
1- GOUVERNEMENT
2- MINISTERE DE LA JUSTICE
3- DAP
4- CDVR
5- CNDH
6- RHDP
7- PDCI
8- RDRB- Au soin de notre correspondant1- ONUCI
2- CROIX ROUGE
3- AMNESTY INTERNATIONAL
4- UE
5- UA
6- AMBASSADES (FRANCE, USA, RUSSIE, CHINE, UK, NONCE APOSTOLIQUE)
7- AFDCI, FPI,COJEP


*******************************************************************************

7 septembre 2014 = 7ème jour de grève 

A titre liminaire, nous tenons à rendre hommage à tous les journalistes, cyberactivistes, militants, proches des victimes ou simples citoyens qui souvent risquent leur vie pour protéger celle des prisonniers politiques qui eux-mêmes l’ont mise au service de la libération de la Côte d’Ivoire du joug néocolonial aux côtés de Laurent GBAGBO. Un jour… bientôt… demain, les souffrances infligées à toutes celles et ceux qui se battent pour une Afrique des peuples payeront et les sacrifices consentis n’auront pas été vains !
« Ils sont détenus illégalement depuis plusieurs années et sans jugement.
En effet le seul crime de nos vaillants FDS est d'avoir combattu pour sauver notre cher pays au moment fort où les forces nouvelles d’Alassane Dramane Ouattara menées par Guillaume
Soro massacraient nos parents. Arrêtés pour la plus part pour atteinte à la sûreté de l’Etat, ils sont incarcérés dans des conditions inhumaines et dégradantes.
Certains prisonniers politiques ont entamé une grève de faim illimitée depuis Lundi 1er septembre. 
Cette grève de la faim sera observée par tous les autres prisonniers politiques demain vendredi 5 septembre. » Ivory Eburnie  040914
 « ALERTE ALERTE : LES PRISONNIERS POLITIQUES DE LA MACA (Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan) CONTINUENT CE JEUDI 4 SEPTEMBRE LEUR 2ÈME JOURS DE GRÈVE DE LA FAIM, COMMENCÉ DEPUIS LE MERCREDI 3 SEPTEMBRE.... OVAJAB » Marie Yapo 040914



MACA : les prisonniers politiques en grève de la faim
Tous les prisonniers politiques incarcérés à la maison d’arrêt et de correction d’#Abidjan(Maca), au moins 300 personnes, observent depuis le lundi 1er septembre dernier une grève de la faim dans ce pénitencier, avons-nous constaté sur place. 
Hier matin (jeudi 4 septembre ndlr) au cours de notre passage, des détenus politiques ont refusé de recevoir de la visite alors que c’était un jour de « communiqué », c’est- à- dire un jour de visite. Cloîtrés dans leurs cellules au bâtiment des assimilés et au bâtiment C (réservé aux criminels), ces détenus se sont abstenus de descendre de leurs immeubles. Selon des sources pénitentiaires, les prisonniers politiques sont incarcérés pour la plupart depuis le renversement du président Laurent #Gbagbo. « Ils se plaignent des mauvaises conditions de détention et surtout du mépris affiché par les nouveaux dirigeants du pays quant à leur libération ou à tout le moins leur jugement afin qu’ils soient situés sur leur sort. Sinon comment comprendre qu’un homme puisse croupir dans une prison sans être entendu par un juge ni savoir le motif pour lequel il est détenu ?Veut-on le tuer à petit feu sous prétexte qu’il aurait supporté le président #Gbagbo ? C’est absurde ! » s’est offusquée une source qui a requis l’anonymat. Informé de la grève de faim des détenus politiques, le directeur de l’administration pénitentiaire(Dap) a entamé des négociations avec les grévistes lundi dernier pour décanter la situation qui perdure.     
[Source : #Notre Voie N° 4806 du 5/9/2014]       http://www.notrevoie.com
KOACI Côte d'Ivoire: MACA, des détenus politiques ont entamé une grève de la faim
Abidjan le 4 septembre 2014 © koaci.com – Depuis lundi matin 1er septembre jour de l'attaque du Quartier Général de campagne de Laurent Gbagbo, des prisonniers politiques incarcérés à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA) ont entamé une grève de la faim, au motif que le pouvoir ne se penche pas sur leur cas après plusieurs mois de détention. 
Ce jeûne de protestation, s'est poursuivi ce jeudi selon des informations en notre possession précisant par ailleurs qu'après trois jours de mouvement, les détenus grévistes estime que cette situation a occasionné la dislocation de leurs familles et empêche leurs enfants de partir à l'école. 
En espérant passer devant la justice un jour, les détenus déplorent leur maintien en détention prolongée sans le moindre jugement. "60% de détenus politiques sont malades. Ils enregistrent plusieurs morts dans leurs rangs ces jours. Ces derniers appellent le gouvernement à intervenir afin qu'une issue favorable soit trouvée à leur situation pour qu'ils scolarisent leurs enfants et restaurent leurs foyers," explique un garde pénitentiaire que la rédaction de koaci.com a joint par téléphone tôt dans la matinée de ce jeudi, sous couvert de l'anonymat. 
Ces détenus sont incarcérés depuis la fin de la crise post-électorale en avril 2011 et les procédures devant les présenter devant un tribunal seraient toujours en cours selon une source proche de la justice ivoirienne.
Certains ont déjà passés plus de trois ans dans les liens de détention sans jugement, tandis que d'autres sont à plus de deux ans de séjour carcéral.
Wassimagnon


Grève de la faim des prisonniers politiques « Solidarité pour Laurent Gbagbo » condamne le mépris du gouvernement ivoirien

CIVOX. NET

Mardi 9 Septembre 2014 - 05:40

A l’arrestation de Laurent Gbagbo le 11 avril 2014, une vague d’interpellations et d’assassinats organisés à tour de bras par les ex-rebelles s’est abattue sur des personnes soupçonnées d’être pro-Gbagbo. Tandis que beau- coup restent détenus dans des lieux tenus très secrets, d’autres ont été entassés dans des mouroirs servant de maisons d’arrêt dans le nord du pays… Lire la suite sur :
http://www.civox.net/Greve-de-la-faim-des-prisonniers-politiques-Solidarite-pour-Laurent-Gbagbo-condamne-le-mepris-du-gouvernement-ivoirien_a5365.html


Info également relayée sur :
http://www.lecridabidjan.net/maca_les_prisonniers_politiques_en_greve_de_la_faim.html

PREMIERES REACTIONS:

06/09/2014

Grève de faim des prisonniers politiques: Le FPI tient Ouattara responsable du sort des détenus

COMMUNIQUE DE PRESSE DU FPI RELATIF A LA GREVE DE FAIM DES CAMARADES PRISONNIERS POLITIQUES
Depuis le 1er SEPTEMBRE 2014, les détenus politiques (civils et militaires) de la MACA (Maison d‘Arrêt et de Correction d’Abidjan) ont entamé une grève de la faim afin de dénoncer les conditions inhumaines de détention dans lesquelles ils vivent depuis trois (3) ans et demie.
Il s’agit :
- des restrictions d’accès à la nourriture ;
- de l’absence de soins médicaux ;
- des limites abusives apportées aux visites familiales ;
- des blocages des salaires ;
- de l’absence de procédure judiciaire ;
- des difficultés d’accès aux avocats etc.

Le Front Populaire Ivoirien interpelle les Organisations de défense des droits de l’Homme, les Chancelleries et le Gouvernement ivoirien afin que les droits élémentaires des détenus d’opinion soient respectés.
Il appartient notamment à Monsieur Alassane Ouattara, Chef de l’Etat, de mettre tout en œuvre en vue de garantir l’indépendance de la justice, le respect des droits des détenus d’opinion, et l’arrêt des mauvais traitements et des traitements dégradants infligés aux personnes dans les prisons ivoiriennes.
Le Front Populaire ivoirien condamne notamment : 
- l’enlèvement et la disparition du sein même de la MACA (Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan) de Messieurs Abé Money et Yapi Kouassi Gosselin survenus le jeudi 04 septembre 2014 dans des conditions non encore élucidées. Leurs familles et leurs avocats sont sans nouvelles d’eux depuis.
- Le manque de Justice impartiale et la violation constante des droits humain attachés aux détenus politiques en Côte d’Ivoire, dans l’ensemble des établissements pénitenciers.
 
Le Front Populaire Ivoirien appelle donc Monsieur Alassane Ouattara, Chef de l’Etat:

- à garantir l’indépendance de la justice ;
- à faire diligence afin que soient apportés des soins appropriés à tous les détenus malades sur l’ensemble du territoire national ;
- au respect des droits humains liés à la situation de détention ;
- à garantir la sécurité pour tous les détenus d’opinion et à mettre fin aux disparitions forcées de prisonniers.
Le Front Populaire Ivoirien apporte sa compassion à toutes les familles victimes de l’oppression, et tient le Gouvernement responsable du sort des détenus politiques. Il appelle Monsieur Alassane Ouattara à promouvoir la réconciliation nationale entre les Ivoiriens.

Pour le FPI
Le Secrétariat National chargé de la politique pénitentiaire et des détenus politiques
Michel Gbagbo 
Abidjan, le 5 septembre 2014
http://lafriquepuissancemondiale2050.ivoire-blog.com/archive/2014/09/06/greve-de-faim-des-prisonniers-politiques-le-fpi-tient-ouatta-450078.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire