TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

jeudi 11 septembre 2014

DES UTOPIES D'AFRIQUE LIBEREE D'ACCORD... MAIS ANCREES DANS LES LUTTES D'AUJOURD'HUI !

Ce matin, je recevais en inbox le  lien ci-après :(http://www.sebastienperimony.fr/futurafrique) avec le message suivant de l’auteur même de l’article : « Et si on se battait pour le futur et pas contre le présent ... rejoignez nous. » 

AFRIQUE

UN FUTUR POUR L’AFRIQUE

[...]Solidarité & Progrès est un mouvement politique fondé et présidé par Jacques Cheminade. Censuré par les grands médias privés et publiques, cet économiste avait anticipé la crise financière de 2008, et défend une vision rooseveltienne et planificatrice de l’économie. On pourrait volontiers dire que Solidarité & Progrès est un parti qui devrait fédérer tous les ingénieurs et techniciens de France, du fait de son ancrage et sa foi dans la défense du progrès technologique actuel et futur. L’auteur de ce texte est quant à lui un remarquable conférencier militant pour Solidarité & Progrès, qui s’est spécialisé sur le développement du continent africain. Spécialement pour« Poil à Gratter ! », Sébastien Périmony a accepté de nous faire une synthèse de quelques grands projets qu’il évoque dans ses conférences.
Comme l’écrivait Charles Sannat dans le précédent numéro de « Poil à Gratter ! » : « Nous devenons incapables d’avoir une vision aussi bien historique qu’une vision du futur ». Or, le problème lorsque nous avons un sens plus élevé de ce que devrait être la société dans laquelle nous vivons, nous devenons des « rêveurs » irresponsables ! Alors comment guérir cette maladie ? Lire la suite sur : http://www.sebastienperimony.fr/futurafrique)
Merci beaucoup pour cette fenêtre ouverte sur de beaux et grands projets pour le futur de l'Afrique... Mais pour le présent et pour les leaders souverainistes comme Laurent GBAGBO, Simone GBAGBO Blé GOUDE en Côte d’Ivoire et tant d’autres  qui se battent à leurs côtés ou ailleurs pour que le futur de l'Afrique soit bâti par et pour les peuples africains, vous proposez quoi ? Vous me faites penser à l'OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) qui reçoit les demandeurs d'asile et qui leur montre de belles photos des chambres de CADA (Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile) avec Kitchenette et autres commodités, chambres individuelles auxquelles ils n'auront jamais accès pour la plupart. Je pense que si votre intention initiale est louable, à savoir lutter contre l'"afropessimisme" (encore un concept occidental !), opposer le présent et l'avenir n'a pas de sens car les mêmes causes ayant les mêmes effets et vous-mêmes partant du postulat que l'Afrique est sous domination néocoloniale, vos beaux projets n'auront de chance de voir le jour que quand les sacrifices consentis et les souffrances endurées par ceux qui se battent pour une Afrique libre et indépendante auront permis aux peuples africains de recouvrer leur pleine souveraineté dans les domaines essentiels (monétaire, économique, militaire, judiciaire, politique, social, culturel,...). Il importe peu d'ailleurs sur le fond qu'ils soient sous le joug américain, britannique ou français même si sur la forme il est important d'en tenir compte pour une stratégie d'émancipation efficace. Alors d'accord avec vous pour concevoir les utopies qui deviendront les réalités de demain car je crois comme Emilie Carles -qui prenait l’exemple de la Sécurité Sociale- que toute idée doit d’abord avoir été utopie pour devenir réalité… Mais pas d’accord pour abandonner les luttes actuelles au profit d’un futur qui ne verra le jour que si l’on parvient à renverser fondamentalement les rapports de force. Une autre Afrique est bien possible, mais elle ne pourra s’ancrer que sur ce que l’on est capable de faire de notre présent. Alors nous serions heureux de porter les projets  de Transaqua,  Africarail, grande muraille verte et autres projets avec vous, mais sans renoncer à donner de la visibilité aux tragiques guerres économiques déguisées en guerres humanitaires avec leurs lots de barbaries : viols, enfants soldats, crimes, tortures, génocides, esclavagisme, épurations ethnico-politiques en RDC, Centrafrique, Mali, Côte d’Ivoire, Lybie,… Car ne vous en déplaise, ce n’est pas par masochisme ou par amour du glauque et du gore que nous dénonçons toutes ces horreurs qui constituent les plus grandes tragédies en pertes humaines de tous les temps sur des délais aussi courts (rien que le nombre de victimes en RDC est supérieur à celui de l’Holocauste encore que comme souvent dès qu’il s’agit de l’Afrique les chiffres varient du simple au quadruple avec des fourchettes qui oscillent entre 4 et 12 millions de victimes sur les dernières années !). Vous imaginez-vous en train de proposer des projets de kibboutz écolopacifiques aux Juifs en pleine Déportation en leur expliquant qu’il ne fallait pas se battre contre le présent mais pour un futur qu’ils étaient condamnés à ne pas connaître ? Alors excusez du peu, mais je ne serai pas celle qui ira expliquer aux centaines de prisonniers politiques ivoiriens torturés et affamés dans les prisons de OUATTARA que le Gouvernement français a installé par la force qu’il faut penser à Transaqua et Africarail au lieu de reprendre leur grève de la faim qu’ils ont suspendu jusqu’au 22 septembre … Je ne serai pas celle non plus qui ira dire aux Kongolais, Panafricains et autres amis de l’Afrique qu’il ne faut pas manifester ici en France et notamment le  21 septembre prochain à PARIS  pour dénoncer ce qui se passe en RDC (https://www.facebook.com/events/585604544876867/591175467653108/?notif_t=plan_mall_activity), pas plus que celle qui préférera convier mes camarades de lutte aux  conférences du certes très intéressant Jacques CHEMINADE dont je n’entends parler qu’aux élections présidentielles française plutôt que de les inviter à participer à la conférence internationale sur Charles Blé Goudé du 13 septembre 2014 à PARIS par exemple (http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/09/conference-internationale-sur-ble-goude.html ). Je conclurai en pointant du doigt le fait que quelque soit l’intérêt de vos différents projets, ils n’en semblent pas moins conçus de façon exogène (mais je ne demande qu’à me tromper), loin des peuples aux aspirations desquels ils ont vocation à répondre et qu’il restait à concevoir des projets portés et mis en œuvre par et pour ces derniers de façon endogène pour qu’il puisse vraiment se les approprier pour le bien être du plus  grand nombre.

1 commentaire:

  1. Bonjour, mon article n'a pas du tout vocation à dire que ce soit la France ou les Etats-Unis qui doivent réaliser ces projets .... il fait un point sur ce qui a été ou failli être fait ..... Ce sont des projets d'économie physique , tout ce qu'il y a de plus naturel (Sankara a lancé le projet un village, un bosquet , équivalent de la muraille verte, sans avoir besoin des occidentaux ! ) Personnellement je me considère comme un résistant français .... et je serais heureux de voir de plus en plus de Lumumba & NKrumah et consort en Afrique .... oui l'Afrique est au africain .. mais beaucoup africains ne sont membres que du ministère de la parole , et peu de l'action résistante ... Ne me critiquer pas .... J'ai écris des articles sur la RDC pour faire connaître la situation à mes compatriotes et c''est pas facile ... je crois que les manifs ne sert à rien (même si je participe à certaines d'entres elle) mais suis sûr qu'il faut consacrer votre temps à l'action politique transformatrice , comme j'essaie de le faire en France avec le parti de Jacques Cheminade ..... Cordialement.

    RépondreSupprimer