TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

vendredi 1 novembre 2013

NON AUX ASSASSINS DE LA MEMOIRE !

HOMMAGE(S) A BASILE MAHAN GAHE
Images intégrées 1

A PARIS :

Après avoir assassiné Mahan GAHE physiquement, les servants locaux de l'Occident tentent d'assassiner sa mémoire ! Drôle de veillée hommage à ce grand syndicaliste à laquelle il nous a été donné d'assister ce samedi 02 novembre à PARIS. Mahan GAHE est mort pour avoir défendu la liberté syndicale, des suite des tortures subies pendant ses 19 mois d'emprisonnement arbitraire. Et pourtant les initiateurs de cette veillée qui se voulait un hommage à ce combattant de la liberté, à ce pourfendeur des injustices sociales ont cru bon d'affirmer d'entrée que Mahan GAHE était décédé des suites d'une maladie. C'est donc comme cela qu'ils qualifient le courage et la détermination à défendre ses valeurs chez nos détracteurs : "une maladie" ? Comment peut-on se dire proche de Mahan GAHE et en même temps accepter une telle falsification de l'Histoire, de SON histoire ? Dans un célèbre ouvrage - "Les assassins de la mémoire", Pierre VIDAL NAQUET reprochait aux révisionnistes de tuer une deuxième fois leurs victimes en niant ce qu'ils leur avait fait subir. Et bien c'est exactement ce qu'il nous a été donné de vivre en cette triste veillée. Bien sûr qu'il faudra bien un jour pardonner et se réconcilier. Mais a-t-on demandé aux survivants Juifs de serrer la main de leurs bourreaux à leur sortie des camps de la mort, de leur pardonner au nom d'une réconciliation sans foi ni loi ? Les mêmes causes produisant les mêmes effets, accepter cette falsification de l'Histoire qui voudrait que les crimes aient été commis autant d'un côté que de l'autre et qu'il faudrait que tout le monde pardonne à tout le monde en remettant les compteurs à zéro dans l'optique des prochaines élections, ce n'est pas seulement injuste, c'est irresponsable et dangereux. Comment empêcher demain que le moindre mouvement séparatiste, le moindre groupe discriminé ou seulement prétendu tel, ne prenne les armes pour se faire justice si les crimes des rébellions passées restent impunis et si l'on retient cette version tronquée de l'Histoire qui veut que les victimes soient traitées comme les bourreaux et vice versa ? Les bruits de botte, le sabre et le goupillon qui résonnent en CENTRAFRIQUE nous rappellent ce qui s'est passé en CÔTE D'IVOIRE il y a dix ans. Des hommes en armes ont envahi plus de 60% du territoire, commettant toutes sortes d'exactions à commencer par des massacres en masse, et pourtant les médiamenteurs aux ordres continuent de faire comme si c'était les pauvres populations civiles livrées à elles-mêmes, constituées en groupes d'autodéfense pour certaines qui étaient responsables de ces massacres (http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2013/10/comment-la-france-a-soutenu-la-s%C3%A9l%C3%A9ka-et-contribu%C3%A9-au-chaos-en-centrafrique.html).

Ci-dessous l'insulte à la mémoire de Mahan GAHE :
Un communiqué qui place Alassane Dramane OUATTARA en tête de liste pour regretter son décès prématuré. Sauf à y voir l'hommage du vice rendu à la vertu, on ne peut que dénoncer l'indécence du président de fait de la CÔTE D'IVOIRE qui après avoir indûment arrêté, torturé ce combattant infatigable du droit des travailleurs, feint de déplorer sa tragique disparition. A moins que comme il y a un effet d'attachement des victimes à leurs bourreaux connu sous le concept psychanalytique de syndrome de STOCKOLM, il puisse également y avoir le pendant côté bourreau sous la forme d'un attachement ambivalent de ces derniers à leurs victimes.

Ci-dessous le message de la délégation de la galaxie patriotique à la famille Mahan GAHE :
La délégation de la galaxie patriotique a adressé un message de soutien à la famille de Mahan GAHE tout en rétablissant la vérité sur les circonstances de son décès. Il ne peut y avoir réconciliation s'il y a falsification de la vérité historique. Les tortures, mauvais traitements, privations subies pendant ses 19 mois d'incarcération arbitraire et depuis sa libération ont joué un rôle prépondérant dans sa disparition prématurée. Ne pas le reconnaître, c'est faire injure à ce combattant infatigable de la liberté qui a donné sa vie pour lutter contre l'Injustice aux côtés des plus faibles.

Au pays :
                                      ADIEU Camarade Mahan Gahe
Mis à jour : vendredi
ADIEU Camarade Mahan Gahe. ( Correspondant Ade Cacady )
https://www.facebook.com/presidentclaudus.kouadio/media_set?set=a.547691585312084.1073741868.100002137422453&type=3
 Abdouramane SANGARE et Laurent AKOUN faisant une haie d'honneur en hommage à Mahan GAHE
Une délégation des parents de feu Mahan GAHE, conduite par docteur Toussea
Allocution hommage du premier Ministre Ake N'GBO, ex-compagnon de cellule de Mahan GAHE
L'arrivée du gouverneur du district Djedji AMONDJI Pierre à la cérémonie
Le Ministre des Affaires Etrangères Alcide DJEDJE présent à l'hommage du FPI au SG Dignité

Petit extrait de l'hommage qui lui est rendu  dans le cadre du programme officiel du FPI :

Liens vers des articles consacrés à Mahan GAHE :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire