TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

mardi 12 février 2013

Après la Côte d'Ivoire voisine, la France-à-fric poursuit son dépeçage !

Bienvenus en France-à-fric à tous ceux qui ont applaudi l'intervention de la FRANCE au MALI... Si ma maison était en feu, bien sûr que je me réjouirais de l'arrivée des pompiers sur le lieu de l'incendie, mais si j'apprenais que le pompier qui s'installe chez moi avec armes et bagages est aussi celui qui a allumé le feu et empêché les pompiers locaux (l'Armée malienne) de se doter des moyens d'éteindre le feu islamoterroriste voire a attisé les flammes, que devrais-je alors faire ?
Avec l'enlèvement manu militari extrajudiciaire d'Oumar MARIKO, les Maliens expérimentent les mêmes méthodes criminelles et terroristes auxquelles l'Etat français impérialiste recourt dès qu'il s'agit de sécuriser ses filières d'approvisionnement en matières premières essentielles et autres marchés juteux. Lien vers les exactions par les servants locaux de l'Occident en Côte d'Ivoire depuis 2002, les rebelles terroristes de la SORO-OUATTARANDIE pour ne pas les citer, avec son lot d'enlèvements et de tortures de personnalités politiques pourtant non violentes : 

Lien vers une interview d'Oumar MARIKO sur la CEDEAO et son inféodation aux Occidentaux :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire