TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

vendredi 12 août 2011

SOUVERAINETE IVOIRIENNE ET SOLIDARITE PANAFRICAINE = MÊME COMBAT


La répression des mouvements de lutte contre le néocolonialisme - fussent-ils pacifiques - fait partie de l'arsenal dont le pouvoir use et abuse pour nous empêcher d'accéder à une information libre et diversifiée nous permettant de faire des choix éclairés. L'expulsion manu militari de la librairie parisienne Edilac en l'absence de toute base légale illustre une fois encore le mépris de nos dirigeants pour la démocratie au nom de laquelle ils prétendent agir. Que l'on soit ou non d'accord avec les enseignements que la librairie Edilac promeut importe peu si tant est que l'on se soit donné la peine de les connaître vraiment. Ses responsables ont fait la preuve de leur courage et ont toujours milité pacifiquement pour la libération du continent africain et pour le respect de la souveraineté du peuple ivoirien en particulier. 

Alors tous à la manifestation  de ce samedi 13 août 2011 à 12h devant la librairie au 18 rue Armand Carrel Métro Laumière L11 pour réaffirmer notre profond attachement aux libertés fondamentales à commencer par la liberté d'expression corollaire indispensable du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes !


Thiès Vision Médias

Adresse du professeur Jean Charles Coovi Gomez aux Panafricanistes et aux militants des droits de l'Homme


Le Jeudi 11 Août 2011 dans la matinée, la célèbre librairie kamite Edilac gérée et animée avec passion et compétence par les frères de combat Jean Philippe OMOTUNDE et Salomon MEZEPO a fait l'objet comme naguère le THEÂTRE DE L'AIR NOUVEAU , le CENTRE CULTUREL AFRICAIN... d'une mesure illégale et arbitraire de fermeture administrative visant à museler les chercheurs panafricanistes indépendants coupables de travailler dans le sillage du distingué savant Cheikh Anta DIOP.


Adresse du professeur Jean Charles Coovi Gomez aux Panafricanistes et aux militants des droits de l'Homme 

Cette librairie se proposait d'y organiser les Samedi 13 Août et Dimanche 14 Août 2011 l' UNIVERSITE D'ETE KAMITE DU SAVOIR brillamment inaugurée le Samedi 6 Août 2011 par l' Egyptologue Mubabinge BILOLO. Les Africains de France et leurs frères de la Caraïbe sans oublier les Français épris de liberté et de justice se réjouissaient à l'avance de pouvoir assister à ces AGAPES DES SCRIBES qui rendront possible le DIALOGUE DES CIVILISATIONS cher au regretté Professeur Cheikh Anta DIOP et à son éminent disciple Théophile OBENGA.Mais ce même Jeudi 11 Août 2011 devait se dérouler dans la librairie Edilac de 18H00 à 22H00 une Conférence que je me proposais d'animer sur le thème suivant : " LA RESPONSABILITE HISTORIQUE DU PRESIDENT FELIX HOUPHOUËT BOIGNY DANS L'INSTAURATION DE LA FRANCAFRIQUE DE 1956 A 1993". Il va sans dire que depuis une semaine les Africanistes français " spécialistes " auto-proclamés de la Côte d' Ivoire tentaient avec une diligence aussi obsessionnelle que suspecte de " REHABILITER LA MEMOIRE IMPERISSABLE DU PERE DE LA NATION FELIX HOUPHOUËT BOIGNY " dont l'oeuvre de pacification et de coopération avec la France aurait été mise à mal par un de ses successeurs chargé de tous les péchés de la création à savoir le Président Laurent Koudou GBAGBO.En procédant avec méthode et rigueur à la déconstruction historique du " MYTHE HOUPHOUËT" dont se sert de façon récurrente l' Impérialisme Français pour user et abuser de la crédulité des Africains, je risquais de ruiner l' ARGUMENTAIRE IDEOLOGIQUE DE LA PSEUDO- RECONCILIATION prônée avec opportunisme et cynisme par ceux qui ont endeuillé et terrorisé le peuple ivoirien à la suite d'un contentieux électoral qui aurait dû se régler par une mesure routinière de RECOMPTAGE DES VOIX expérimentée sans dommages en Haïti ou ailleurs. En lieu et place d'une telle mesure d'équité, on assista au bombardement du PALAIS PRESIDENTIEL par la FORCE LICORNE appuyée par l' ONUCI et le monde entier a assisté au SPECTACLE APOCALYPTIQUE d'un Président exhibé avec sa courageuse épouse et ses proches comme des BÊTES DE FOIRE par la seule volonté de Nicolas SARKOZY dont le zèle et l'arrogance ont terni l'image de la FRANCE DES DROITS DE L'HOMME. Je réaffirme en dépit des " MESURES ADMINISTRATIVES DE CONTRÔLE POLICIER " dont j'ai fait l'objet dans la soirée du Jeudi 11 Août 2011 que mon soutien indéfectible au CRI- PANAFRICAIN, au CURCI, au FPI, au CRD, au COPACI, aux AFRICAINS DU MONDE et à toutes les organisations impliquées dans le COMBAT SACRE POUR LA LIBERATION DE LA CÔTE D'IVOIRE ET DE L'AFRIQUE ne faiblira pas. Au contraire, je mets solennellement en garde Nicolas SARKOZY contre la TENTATION DE LA REPRESSION comme mode de gestion des conflits qui font partie de la dynamique de l'histoire comme l'avaient compris il y a plusieurs millénaires nos GLORIEUX ANCÊTRES DE LA VALLEE DU NIL PREMIERS CIVILISATEURS DE L'HUMANITE. Je me rallie donc avec diligence à l' APPEL DU FRERE DE COMBAT JEAN PHILIPPE OMOTUNDE A MANIFESTER DANS LE CALME ET DANS LE STRICT RESPECT DES LOIS REPUBLICAINES LE SAMEDI 13 AOÛT 2011 ET LE DIMANCHE 14 AOÛT 2011 A 12H00 DEVANT LA LIBRAIRIE EDILAC NOTRE INDIGNATION FACE A CET ACTE LIBERTICIDE QUI NE FAIT PAS HONNEUR A LA PATRIE DE CONDORCET ET D'OLYMPE DE GOUGES.IL S'AGIRA AUSSI DE RECLAMER PAR LA MÊME OCCASION LA LIBERATION DU PRESIDENT GBAGBO ET DE TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES EN CÔTE D'IVOIRE AINSI QUE L'ARRÊT IMMEDIAT DES BOMBARDEMENTS DE L'OTAN EN LIBYE. VIVE LA CÔTE D'IVOIRE ! VIVE L'AFRIQUE ! VIVENT LES ETATS-UNIS D'AFRIQUE ! KEMITES DE TOUS LES CONTINENTS, UNISSONS- NOUS ! VIVRE LIBRES OU MOURIR ! NOUS VAINCRONS ! 
PROFESSEUR JEAN CHARLES COOVI GOMEZ








V


Vidéo: Expulsion et fermeture immédiate de la Librairie Edilac



Intervention du Professeur Jean Philippe Omotundé sur l'expulsion discriminatoire par la Brigade anti-criminelle de Paris.La communauté Africaine qui dispense des cours d'histoire sur les humanités classiques a eu la visite surprise des autorités françaises pour une fermeture clandestine de cette librairie alors que la location de la salle a été réglée 1 an à l'avance par ses occupants. Le professeur a souligné que la mairie est dans la totale illégalité.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire