TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

dimanche 10 juillet 2011

BOYCOTTONS LES ARTISTES COLLABO ET SOUTENONS LES RESISTANTS DONT KOMANDANT SIMI OL

Une tournée de réconciliation nous dit-on. Plutôt une vaste opération de propagande qui ne trompe plus grand monde...
Pour convaincre la population de participer, voilà ce que l'on trouve sur le Net :
"Tournée de réconciliation :23 concerts gratuits dans tout le pays : Soumahoro Moriféré dit Molaré, Pasteur Guy, Betika, Molière, Bamba Amy Sarah, Baby Philippe, Kôrô Abou, Abou Nidal ou encore Hamed Chala. Voici quelques artistes de la belle brochette qui ont été cooptés pour la grande tournée pour la paix et la réconciliation à travers 23 villes de la Côte d’Ivoire. Durant tout le mois de juillet, ils sillonneront successivement Ferké (1er juillet), Korhogo (2 juillet), Katiola (3 juillet), Mankono (6 juillet), Bouaké (9 juillet), Bondoukou (13 juillet), Yamoussoukro (16 juillet), Odienné (22 juillet), Gagnoa (24 juillet), San-Pedro (29 juillet) ou encore Abidjan (31 juillet), entre autres, pour livrer le message de la paix. C’est ce qu’a affirmé Molaré, mercredi après-midi, dans un restaurant à Cocody, à travers une conférence de presse. Financée par un opérateur économique, Ibrahim Berthé, cette longue tournée a un objectif majeur : célébrer la paix dans un cadre festif. Et pour réussir ce pari, 2 cars de voyage, 5 véhicules, un camion-podium et des escortes sont mobilisés. Petit rappel, tous les concerts prévus sont gratuits".


Pendant que leurs chefs OUATTARA et SORO continuent de tuer et humilier les proches du Président Gbagbo, des artistes dont la plupart soutenaient déjà le RDR avant les élections narguent les Ivoiriens qui pourtant leur ont tout donné. Il faut donc demander à toutes nos connaissances de ne point se rendre à leur soi-disant ''tournée nationale de réconciliation" à travers la Côte d'Ivoire.
...On ne peut fêter la réconciliation tandis que l'épuration ethnicopolitique se poursuit !
Pendant ce temps, des artistes se mobilisent et appellent à la résistance, notamment Komandant Simi Ol


Lien sur Internet : Komandant Simi Ol
Extrait :
Maxi 5 titres « l’Afrique veut son fric »
Ce produit est l’expression musicalemusicale de la lutte pour le retrait de la force Licorne « armée d’occupation française » en Côte d’Ivoire, l’arrêt des massacres par le régime actuel, installé dans le pays par les canons de la France de Sarkozy, la souveraineté politique et monétaire de l’Afrique, et le pouvoir des peuples face au système d’aliénation et de consumérisme inutile.
Opérant avec un système d’armement à base de la balistique sonore « le reggae » Komandant Simi Ol scande avec magnificence, face au programme ténébreux des maîtres du Nouvel Ordre Mondial : aucun combat ne vaut la peine d’être mené avec d’autres armes que des armes de lumière.
Maxi 5 titres l’Afrique veut son fric : Un produit utile pour tous les esprits intègres.
Le retour des richesses aux Africains c’est simplement le retour à une humanité. Il ne tient qu’à vous de faire de « l’Afrique veut son fric » plus qu’un tube un hymne international.
CD disponible à toutes les organisations et manifs panafricaines.
L’achat de ce CD équivaut à votre participation à l’aide humanitaire, destinée aux victimes de la guerre et du programme de massacre de la population en Côte d’Ivoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire