TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

mardi 17 mai 2011

DEUX POIDS DEUX MESURES : L'INDECENCE !

« Entre le riche et le pauvre, entre le fort et le faible, c’est la liberté qui opprime  et la loi qui libère »  LACORDAIRE

Pas moyen d'échapper aux cris d’indignation des amis de DSK :
-   BHL le va-t-en-guerre de l’Occident n’a pas de mots assez durs pour dénoncer l’injustice dont serait victime son ami de 30 ans ;
-   Manuel WALS a failli pleurer d’émotion devant les images insupportables de STRAUSS-KAHN menottes au poignet, incapable d’avoir commis les crimes dont on l’accuse ;
-   Avec des trémolos dans la voix, Benoît HAMON y va également de son couplet avec quelques bémols toutefois, histoire de préserver l’avenir, calcul politique oblige ;
-   De la même façon l’impénétrable CAMBADELIS crie au complot en rappelant la présomption d’innocence et la nécessité de défendre l’honneur de son ami… Aurais-je rêvé ? Est-ce le même homme épris de Vérité et de Justice que j’avais entendu approuver l’intervention de la France en Côte d’Ivoire allant même jusqu’à reprocher à JUPPE de ne pas l’avoir fait plus tôt (voir son intervention pendant l’audition des Ministres JUPPE et LONGUET devant la Commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée Nationale au lendemain des bombardements français ) ?
-   Je ne vous parle même pas de tous ces responsables politiques totalement ignorants de la situation en Côte d’Ivoire mais s’empressant de crier avec la meute pour rester dans le ton (MONTEBOURG, DUFLOT ,…).
Je  ne participe pas du lynchage médiatique de DSK et j’ai même pu -  dans un premier mouvement d’empathie - me laisser aller à le plaindre lui ou plutôt sa famille et sa femme en particulier,  tellement habituée à m’indigner sur commande par pression médiatique interposée et sur fond de pensée unique savamment distillée. Puis je me suis rappelée toutes les silences coupables de ces messieurs bienpensants, le plus ignoble du moment restant pour moi la diabolisation du régime GBAGBO et l’abandon de ce pays entre les mains de chiens de guerre assoiffés de sang et de pouvoir avec à leur tête  l’infâme OUATTARA grand ami des grands de ce monde au premier rang desquels OBAMA, SARKO, SORROS et aussi  DSK (voir toutes les pages de ce Blog et les autres Blogs consacrés à la dénonciation de ces massacres cités en LIENS). Je revois le massacre des 67 manifestants aux mains nues et les milliers de blessés de l’Hôtel Ivoire du 9 novembre 2004 par la Licorne, le cynisme avec lequel le parti socialiste a presque unanimement approuvé les interventions militaires en Côte d’Ivoire au mépris de la souveraineté du peuple ivoirien et de ses institutions. J’ai encore dans les oreilles les cris d’horreur des rescapés des bombes françaises, des exactions et crimes commis par les rebelles de OUATTARA. Je réprouve la chape de silence qui s’est abattue sur le pays depuis qu’il aurait soit disant été libéré de la pseudo-dictature GBAGBO fabriquée de toutes pièces pour justifier encore et encore le dépeçage de la Côte d’Ivoire par les Occidentaux, éternel remake du partage de l’Afrique version conférence de BERLIN.
Les preuves des dérives annoncées du régime OUATTARA sont visibles partout sur le Net mais surtout pas sur les chaînes de grande écoute. L’omniprésence des caméras et des journalistes qui peine tant les proches de DSK fait cruellement défaut en Côte d’Ivoire en particulier et dans les pays émergents plus généralement, permettant ainsi de taire les exactions graves et permanentes qui s’y passent.
Ce que subit aujourd’hui DSK est certes éprouvant à l’aune de nos standards d’Occidentaux privilégiés, mais anecdotique si on le compare à  l’épuration ethnico-politique qui sévit actuellement en Côte d’Ivoire dans l’indifférence générale et avec la complicité des partis de gouvernement et même de certaines ONG acquises à OUATTARA dont elles commencent malgré tout à se distancier au vu de l’ampleur des massacres perpétrés et surtout prémédités.
Alors vous comprendrez que les cris d’indignation à géométrie variable des caciques du PS finissent par lasser et discréditent les valeurs qu’ils prétendent défendre. Leurs protestations contre « les traitements dégradants et attentatoires à la dignité » qui seraient infligés au pauvre DSK tout juste accusé de viol et autres violences ont du mal à nous émouvoir. Elles ne parviennent plus à nous distraire des images choc des corps brûlés, suppliciés et martyrisés de milliers d’Ivoiriens seulement coupables de revendiquer le droit de leur peuple à s’autodéterminer. Nous sommes sans nouvelle de nos proches terrés dans la forêt pour échapper aux exactions de ceux que la France et l’ONU ont installés au pouvoir…
Quel lien avec le lynchage médiatique de STRAUSS-KAHN me direz-vous ? Et bien la démesure, la perte de sens commun, la folie meurtrière et sans doute la manipulation… Alors oui, DSK est peut-être innocent… peut-être coupable. Quoiqu’il en soit, il sera efficacement défendu par les riches avocats qu’il paiera pour cela et qui seront autorisés à le rencontrer et auront les moyens de préparer sa défense contrairement à GBAGBO et à ses proches à qui ont refuse toute assistance et dont on est quasiment sans nouvelle depuis le 11 avril. Les caméras qui le mitraillent garantiront que son intégrité physique soit respectée. Il ne subira pas de traitement dégradants et inhumains contrairement à GBAGBO et à ses proches, victimes des pires humiliations et de toutes sortes de pressions pour les amener à faire acte d’allégeance. Les « repentants » d’aujourd’hui seront au mieux écartés demain une fois leur caution au régime acquise, au pire éliminés  (à l’instar de IB chef du macabre commando invisible faussement déclaré pro-GBAGBO sauvagement assassiné et bientôt MANGOU, N’DRE, COULIBALY et tant d’autres dont les familles ont été prises en otage).
 Qu’il soit innocent ou au contraire coupable justement, STRAUSS-KAHN aura droit au soutien et au conseil de ses avocats ; ses proches ne vont pas être lynchés voire massacrés en toute impunité. Rappelons sommairement  :
-   l’arrestation et à la séquestration du Président GBAGBO (voir lien suivant) ,
-   celle de sa femme Simone GBAGBO, première dame du pays, les mauvais traitements infligés à  cette dernière,
-   les violences subies par la plupart de ses proches, son fils Michel notamment,
-   plus grave encore le massacre de ses collaborateurs, à commencer par Désiré TAGRO le Ministre tué d’une balle dans la bouche alors qu’il avait agité le drapeau blanc de la reddition,
-   l’exécution de Philippe REMOND ce Français abattu à YAMASSOUKRO pour avoir exprimé sa fidélité à GBAGBO et défendu la Monnaie Ivoirienne de Résistance,
-   l’assassinat de centaines voire de milliers de civils dont le seul tort est d’appartenir à la même ethnie ou d’avoir voté pour un Président souverainiste et donc décrété hostile aux intérêts français,...
Certains s’insurgent encore des conditions de détention de DSK. Là encore un peu de décence. Il a droit à une cellule individuelle et à un traitement loin des sévices infligés aux Ministres, responsables et proches collaborateurs de GBAGBO dont on ne sait même pas pour certains s’ils sont encore vivants à ce jour (Geneviève BRO GREBE, Présidente des Patriotes ; Pascal AFFI N’GUESSAN Président du FPI, l’équivalent du parti socialiste en Côte d’Ivoire ; Dacoury TABLEY, ancien Gouverneur de la BCEAO torturé,…). Et nous ne parlons même pas des conditions de détention des milliers de prisonniers « politiques » entassés dans des stations essences reconverties en prisons depuis que ces dernières ont été saccagées tandis que des milliers de prisonniers de droit commun qui les peuplaient ont été libérés et enrôlés dans les Forces dites Républicaines de Côte d’Ivoire à la solde de OUATTARA. Imaginez un peu le même scénario en France : on arrête et on massacre tous les responsables actuels de l’équipe SARKO et ont fait sortir des milliers de criminels en tous genres pour assurer la sécurité de nos chers concitoyens. DE LA PURE FOLIE ET C’EST POURTANT CE QUE LES GRANDS DE CE MONDE INFLIGENT ACTUELLEMENT AU PEUPLE IVOIRIEN AVEC LA CAUTION DES GRANDS MEDIA !
Si je suis vraiment rassurée de voir que ces caciques du Parti Socialiste de plus en plus éloignés de nos réalités quotidiennes (en tous les cas des miennes : Sarcelloise, mère de 3 enfants dont un cérébrolésé, travaillant dur pour gagner de quoi vivre mais consciente de sa chance de pouvoir travailler) faire preuve d’un peu d’empathie, d’amitié sincère et de fidélité à l’un des leurs dans la tourmente, je m’interroge en revanche sur leur silence complice voire leur participation active à l’épuration ethnico-politique qui se poursuit actuellement en Côte d’Ivoire au nom du droit des pays riches d’imposer des dirigeants serviles qui garantissent leur accès aux richesses.
Avant de conclure, je tiens à évoquer quelques souvenirs d’enfance… Aussi loin que je m’en souvienne ma famille a toujours été de gauche… J’ai toujours voté à gauche. Le 10 mai 1981, j’avais 11 ans et je crois avoir vécu les festivités les plus émouvantes et joyeuses de toute mon existence. Imaginez-vous que pour la première fois de ma modeste et insignifiante petite vie de bonne élève, j’avais été autorisée à faire l’école buissonnière pour fêter l’alternance. Je revois encore mon grand-père plutôt réservé et ma grand-mère folle de joie exulter, danser et chanter à tue tête « France socialiste puisque tu existes tout devient possible ici et maintenant… » répétant à qui voulait bien l’entendre que maintenant que la gauche était au pouvoir, ils pouvaient mourir en paix… Même s’ils me manquent toujours autant, je suis soulagée qu’ils n’assistent pas 30 ans plus tard au spectacle affligeant de la gauche de 2011… En tous les cas à celui donné par le Parti Socialiste auquel ils étaient si fiers d’appartenir !
En guise de conclusion enfin, je retournerai contre la France la désormais célèbre formule de Rama YADE à propos de KADHAFI :
« L’Afrique n’est pas un paillasson sur lequel la France et la Communauté Internationale au service des pays riches peuvent venir s’asseoir en pillant les richesses de ce continent et en privant les peuples souverains de leur droit à choisir librement et pacifiquement leurs représentants ».
Christine TIBALA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire