TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

samedi 30 avril 2011

CÔTE D'IVOIRE : les photos de l'horreur et le cri d'alarme d'Amnesty International

 LA VOIX DU PEUPLE              REPUBLIQUE DU CONGO             ****L' unité nationale est le socle et la garantie d'une paix durable ****                
Bienvenue sur la voix du Peuple, le site qui remet à l'endroit ce qui est à l'envers
Source : AFRIQUE ACTUALITÉS
   
  
   
      Amnesty International lance le cri d'alerte en Côte d'ivoire ..  
          
 
   
Amnesty a critiqué constamment pendant dix ans ce qu’a fait Laurent Gbagbo. Mais ce qui se passe actuellement est inimaginable! (Amnesty)
Amnesty International lance un nouveau cri d’alarme sur la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire. Interrogé sur RFI, Salvatore Saguès, chercheur en charge de l’Afrique évoque une situation de terreur dans l’ouest et dénonce des pillages et descentes visant tout particulièrement des personnes perçues comme favorables au président déchu Laurent Gbagbo. Le gouvernement Ouattara dément.
RFI : Quelle est la situation dans l’ouest de la Côte d’Ivoire ?
Salvatore Saguès : Nous avons une délégation sur place qui a visité la zone de Guiglo à Blolequin, à 600 km à l’ouest d’Abidjan. Nos collègues nous ont dit qu’ils ont vu des villages fantômes avec quasiment aucun civil et seulement des hommes en armes. Les civils errent dans la brousse, pour beaucoup d’entre eux, sans nourriture, sans médicaments. C’est vraiment dramatique. Ils n’osent pas rentrer parce que l’Onuci [la force des Nations unies, Ndrl] n’est pas assez présente. Il faut que l’Onuci assure une présence beaucoup plus permanente sur ces lieux pour que les personnes puissent rentrer.
RFI : Ils ont quitté leurs villages, il y a peu très trois semaines, lors de l’offensive de FRCI (pro-Ouattara) vers les sud. C’est bien ça ? 
S.S. : Oui et à la suite de massacres très importants, dont beaucoup d’entre eux ont été faits sur des bases ethniques. Ce sont surtout des membres de l’ethnie guéré qui sont considérés comme proches de Laurent Gbagbo qui ont été( la Suite dans Résistance Akwédo )
 
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 2.jpg 
          
 
 FRCI trônant fièrement dans le salon présidentiel à la Résidence de Cocody-Ambassades, où les forces spéciales françaises leur ont livré le président, sa famille et tous ses collaborateurs
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 5.jpg 
          
 
Presque tous les militaires présents à la résidence de SEM. Laurent Gbagbo ont été abattus de sang-froid
par les rebelles. Pourtant, tous avaient retiré les munitions de leurs armes et les ont remises aux soldats
français de la Licorne venus capturer le Président de la République.
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 6.jpg 
          
 
Tous les parents, collaborateurs et amis du couple présidentiel ont été faits prisonniers et sérieusement
bastonnés par les FRCI
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 8.jpg 
          
 
Kuyo Téa Narcisse, en sous-vêtement, est le chef de cabinet du Président de la République. Il a été sérieusement bastonné, de même que le commissaire Monnet de la garde rapprochée du Président Laurent Gbagbo,  ensanglanté sur la photo. A côté de lui, à sa gauche en pantalon noir, le ministre de la justice Yanon Yapo. En dehors d’un coup d’Etat, peut-on ainsi traiter les cadres et autorités d’une République?
  
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 9.jpg 
  
   
        
          
 
         
  Le général Dogbo Blé, commandant de la Garde Républicaine, trahi et livré aux FRCI par les forces françaises
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 10.jpg 
  
   
        
          
 
Voici le tunnel par lequel les marsouins et légionnaires français sont passés pour avoir accès au domicile du président ivoirien. Ce tunnel a été construit par Félix Houphouët-Boigny et reliait la Résidence présidentielle ivoirienne à l’ambassade de France. Il avait été fermé par SEM. Laurent Gbagbo mais a été dynamité par les artificiers français, le 11 avril 2011. Les forces spéciales françaises ont pu ainsi aisément entrer dans la Résidence présidentielle et capturer le chef de l’Etat ivoirien qu’ils ont ensuite livré aux forces pro-Ouattara.
 
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 7.jpg 
  
   
        
          
 
  Dans le hall de l’Hôtel du Golf, les soldats pro-Ouattara se défoulent sur les prisonniers, comme ils l’ont fait, au même endroit, sur Monsieur Jean-Jacques Béchio avant son exécution
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 3.jpg 
  
   
        
          
 
Le monsieur en sang est le commissaire Monnet. C’est le neveu du ministre Léon Emmanuel Monnet. Il faisait partie de la garde rapprochée du président Laurent Gbagbo et on est sans nouvelle de lui depuis.
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 4.jpg 
  
   
        
          
 
Des civils sans défense tués de sang-froid, malgré la reddition de la maisonnée
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 11.jpg 
  
   
        
          
 
Camps de concentration des forces pro-Ouattara, des mouroirs en plein coeur d’Abidjan: Des hommes sont détenus dans des stations d’essence depuis bientôt 10 jours. Parmi eux de nombreux adolescents.
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 12.jpg 
  
   
        
          
 
Les pro-Gbagbo persécutés jusqu’à leur domicile. Vive la réconciliation!
 
  
   
      EXACTIONS A ABIDJAN 13.jpg 
  
   
        
          
 
Exécution de civils à Abidjan par les FRCI, les forces pro-Ouattara. Comment va-t-on à la réconciliation avec ça! On dit une chose devant les caméras et on fait tout autre chose dans les rues de nos villes. Vive la pensée unique et vive la Côte d’Ivoire nouvelle, recolonisée et asservie!
 
  
   
      ADO ET WATTAO.jpg 
  
      
          
 
 
Par quel exploit parle-t-on de pardon et de réconciliation et continue-t-on à commettre ces actes-là dans mon pays: assassinats, chasse à l’homme et exécutions sommaires? Où est le droit à la différence d’ethnie et de parti, où est la liberté d’opinion? De quelle réconciliation s’agit-il? On ne se réconcilie qu’avec son adversaire ou sa partie adverse. Comment s’y prend-on alors quand cette partie adverse est totalement anéantie comme cela est en train de se produire en Côte d’Ivoire, dans une folie meurtrière incontrôlable, dans le silence le plus absolu, les connivences les plus incompréhensibles et la célébration coupable de ceux qui, hier encore, se faisait les champions de la démocratie, de la liberté d’expression et du droit à la différence, en Côte d’Ivoire et dans le monde – sur leurs chaines mondiales et dans leur presse – devenus aujourd’hui subitement aveugles, sourds et aphones? Vous avez dit dénonciations à double vitesse et humanité à géométrie variable?
Gbagbo s’est-il ainsi comporté envers ses adversaires politiques quand ils lui avaient mis un coup d’Etat manqué et une rébellion sur le dos? Ne leur avait-il pas plutôt reconnu un statut d’ancien président et d’ancien premier ministre avec salaire présidentiel, voiture de fonction, escorte de sécurité, gardes de corps (au choix des bénéficiaires), résidence de fonction? N’avait-il pas amnistié tous leurs crimes et nommés leurs hommes de mains dans son gouvernement? N’avait-il pas mis à la tête de ce gouvernement Monsieur Soro Guillaume, chef officiel de la rébellion et ne l’avait-il pas honoré selon son rang? N’avait-il pas promu aux grades militaires supérieurs et payé le rappel de 5 années de salaire à tous les membres de la rébellion en rupture de ban dans l’armée régulière ivoirienne?
Leurs journaux n’avaient-ils pas le droit de dire toutes les insanités imaginables sur le Président Gbagbo? Un seul de leurs journalistes a-t-il été incarcéré pour tous les brulots qu’ils nous produisaient à longueur de journée? Un quidam parmi eux a-t-il été empêché de circuler librement ou de dire ce qu’il voulait? Non, et trois fois non! Pourquoi donc oblige-t-on les partisans et proches de Gbagbo à se terrer, aujourd’hui, et à quitter le pays?
On peut donc accuser Gbagbo de tout, sauf d’avoir été un dictateur comme veulent nous le laisser croire les tenants du nouveau pouvoir (pas les nouveaux tenants du pouvoir) et leurs parrains français. Cette injustice-là prospèrera-t-elle? L’Histoire nous le dira.
Pour notre part, nous faisons dès aujourd’hui le deuil de la démocratie, de la liberté d’opinion et du pluralisme politique, en Côte d’Ivoire. Plutôt que de nous ressasser à longueur de journée qu’on est venu restaurer la démocratie pendant qu’on s’adonne à une chasse à l’homme implacable appuyée de viols, d’assassinats et de pillages de biens publics et privés, autant nous dire en toute honnêteté qu’on instaure désormais la dictature en Côte d’Ivoire.
Je pleure le retour dans mon pays de la pensée unique et de l’intolérance politique la plus primaire. Je pleure les morts de mon peuple, tous les Ivoiriens de tous les bords politiques, de toutes les régions et religions, de toutes les obédiences et de toutes les ethnies que l’ambition politique aveugle a précipités dans le séjour des morts. Je pleure ma Côte d’Ivoire déchirée, détruite, méconnaissable que je n’aurais jamais vue sous ce jour, même dans mes pires cauchemars! A-t-on besoin de tout détruire pour changer de régime? Doit-on tout brûler parce qu’on veut le pouvoir? Etait-il nécessaire de détruire le fruit de plusieurs années de dur labeur consenties pour se constituer un patrimoine personnel ou familial, pour monter une entreprise? Aujourd’hui, des milliers d’Ivoiriens ont tout perdu. Jusqu’au sous-vêtement.
Sur quoi voudrait-on par la suite règner? Sur un tas d’ossements et une terre brulée, un pays en ruine? La question reste posée. Mais je ne saurais clore mon propos sans déclamer cette vérité biblique: Toute iniquité a une rétribution devant DIEU et toute rétribution a un temps marqué et arrêté par devers DIEU. Pour le temps qu’il nous est donné de vivre ou de régner, faisons gaffe à nos actes, car qui règne par l’épée périra par l’épée, disent les Saintes Ecritures.
En attendant que triomphe la justice transcendantale du Créateur, immuable et éauitable, je pleure les larmes de mon corps, je pleure les morts de mon peuple, je pleure les morts de Duékoué, je pleure les morts d’Abidjan, je pleure les morts de ma Côte d’Ivoire défigurée, violée, dénaturée par la folie humaine.
 
Nous avions voulu ceci:
   
   
      GBAGBO ET ADO.jpg 
  
         
 
 
  Au lieu de quoi, nous avons eu droit à cela:
 
   
      gbagbo_arrete3.jpg 
  
         
 
  Le président Laurent Gbagbo et la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo, bastonnés et humiliés
 
   
      CRIME A DUEKOUE.jpg 
  
         
 
  Un enfant victime des forces pro-Ouattara à Duékoué
 
   
      CRIME A DUEKOUE 2.jpg 
  
         
 
   
       
  
         
 
 Un innocent enfant tué d’un coup de machette sur le sommet de la tête à Duékoué
 
      CRIME A DUEKOUE 3.jpg 
  
                  
 
 
 
   
      CRIME A DUEKOUE 4.jpg 
  
         
 
   
       
  
 
La maternité de l’Eglise UESSO de Duékoué mitraillée et vidée de son monde. Ici, l’une des chambres.
Le cocotier de la cour de l’Eglise UESSO de Duékoué qui a servi à l’exécution des pro-Gbagbo
 
   
      CRIME A DUEKOUE 5.jpg 
  
         
 
   
       
  
  Des rescapés de l’épuration ethnique des forces pro-Ouattara à Duékoué pris en charge par Médecins Sans Frontières
 
   
      CRIME A DUEKOUE 6.jpg 
  
         
 
   
       
  
  
    
 Une femme ayant succombé aux blessures à elle infligées à Duékoué par les forces pro-Ouattara
   
      CRIME A DUEKOUE 7.jpg 
  
         
 
   
       
 
Un homme, victime des forces pro-Ouattara à Duékoué, gémissant de douleur sur sa couche, près de sa femme décédée
 
   
      CRIME A DUEKOUE 8.jpg 
  
         
 
   
       
 
  Le genou d’une femme ouvert à la kalachnikov, à Duékoué. Son seul crime: soupçonée d’être pro-Gbagbo parce que d’ethnie Wê
   
      CRIME A DUEKOUE 9.jpg 
  
         
 
   
       
 
 Brûlé vif pour son obédience politique (LMP), à Duékoué
   
      CRIME A DUEKOUE 10.jpg 
  
         
 
   
       
 
 
 
Passés au bûcher parce que pro-Gbagbo, à Duékoué
   
      CRIME A DUEKOUE 11.jpg 
  
         
 
   
       
 
 
Le paysage souillé par les cadavres des victimes de l’épuration ethnique perpétrée par les forces pro-Ouattara, à Duékoué
 
   
       
  
         
 
   
       
   
Une famille Wê anéantie par les rebelles. Bilan final de l’opération anti-Gbagbo à Duékoué, selon le CICR: 1.237 morts. Mais ce ne sont pas les bons morts, ceux pour qui on ameute le monde entier, la terre entière. Ils sont invisibles pour les médias français, peu dignes d’intérêt pour la presse européenne et américaine. Ce ne sont pas des êtres humains, du moment où ils sont des partisans de Gbagbo. On peut les ignorer. Mais il y a une Justice pour tous les hommes et elle triomphera! Un jour.
Pour une République Juste & Démocratique,  Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire